Abandons de créances du défunt régime de l’Alternance : la famille Agne et des sociétés indexées



Abandons de créances du défunt régime de l’Alternance : la famille Agne et des sociétés indexées
Le bras de fer par presse interposée entre le Port de Dakar et les sociétés Somicoa et Smith and Kraft  continue toujours. Ces derniers n’acceptent pas toujours  l’attribution du terminal « Roulier » du Port de Dakar au groupe français Necotrans. Selon Libération, Somicoa, propriété de la famille Agne, apparaît très mal placée pour parler de transparence, même si, par ailleurs, l’opinion doit savoir dans quelles conditions ce terminal a été attribué à Necotrans. En effet, les deux sociétés, contrôlées par la famille, sont fortement identifiables dans le rapport d’enquête de la Division des investigations criminelles (Dic) ayant conduit à la chute de Bara Sady, l’ancien directeur général du Port. Sur instruction de Wade qui était très proche de la famille Agne, la Dic estime que le Port a effacé une ardoise de 665,4 millions dus par Smith and Kraft. Les enquêteurs ont écrit noir sur blanc que ces abandons de créances ont été faites dans la parfaite illégalité et qu’ils sont comparables à un détournement de fonds. Et malgré ces abandons de créances, les deux sociétés de la famille Agne restaient encore devoir à ce jour 3 milliards de FCfa au Port de Dakar…


Lundi 30 Décembre 2013 - 11:52



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter