Affaire Bassirou Faye: ces munitions qui accablent Boughaleb

Lors des événements du 14 août 2014 qui ont occasionné la mort de l’étudiant Bassirou Faye à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD), Sidy Mouhamed Boughaleb disposait de cinq (5) munitions alors qu’il n’en avait pas le droit, du moins venant de l’armurerie de la police.



Affaire Bassirou Faye: ces munitions qui accablent Boughaleb
Le jour des affrontements entre forces de l’ordre et pensionnaires de l’UCAD, Sidy Mouhamed Boughaleb disposait de cinq (5) munitions. Or, souligne « Libération », l’armurier de l’Ecole nationale de police a fourni une information intéressante au Doyen des juges. Entendu comme témoin dans le cadre de l’instruction, il a affirmé n’avoir pas remis de munitions à aucun policier le jour des affrontements ayant conduit à la mort de Bassirou Faye. Reste à savoir qui a fourni au policier ces munitions ? Et pourquoi ce dernier était-il armé ?

 
Pour l’heure, Sidy Mouhamed Boughaleb est dans de sales draps. Sur ordonnance du Doyen des juges, il est renvoyé devant la chambre criminelle. Ce, au moment où Tombon Oualy et Saliou Ndao respirent l’air de la liberté. 


Samedi 29 Août 2015 - 09:51



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter