Affaire Karim Wade: la Chambre d’accusation se déclare incompétente

Le verdict de la Chambre d'accusation de la Cour d'appel de Dakar sur l'affaire Karim Wade est finalement tombé hier, mardi. L'instance juridictionnelle qui avait été saisie par la défense et non moins fils du Président sortant Abdoulaye Wade, pour annuler la procédure judiciaire intentée contre leur client. La cours s'est déclarée tout simplement...incompétente pour l'affaire de l'ancien ministre d'Etat.



Affaire Karim Wade: la Chambre d’accusation se déclare incompétente
La bataille juridique qui oppose Karim Wade ( par son pool d'avocats) et la Cour de répression de l'enrichissement illicite (Crei) est encore loin de son épilogue. Pour cause, la Chambre d'accusation de la Cour d'appel de Dakar qui avait été saisie par la défense de l'ancien ministre libéral des Infrastructures, de la coopération internationale, du transport et de l'énergie, ironiquement surnommé « ministre du ciel et de la terre », s'est déclarée incompétente pour statuer sur l'annulation de la procédure engagée contre Karim Wade.
L'instance juridictionnelle qui avait décidé de se prononcer sur cette affaire, ce mardi 21 janvier 2014, renvoie ainsi dos-à-dos Karim Wade et la Crei dont le procureur est le magistrat Alioune Ndao.

Pour rappel, les avocats de l'ancien ministre libéral, emprisonné depuis le 17 avril 2013 dernier dans le cadre d'enquêtes visant à établir sa culpabilité sur des présomptions de faits d'enrichissement illicite, avaient saisi la Chambre d'accusation de la Cour d'appel aux fins d'obtenir l'annulation de toute la procédure contre leur client.

Les conseils de Karim Wade (Mes Ciré Clédor Ly, Demba Ciré Bathily, Seydou Diagne et El Hadji Amadou Sall et cie) visaient à travers ce recours en annulation, les actes allant de l'interpellation par la section de recherches de la Gendarmerie nationale, au réquisitoire du ministère public.

Avec ce non verdict de la Chambre d'accusation de la cour d'appel, le dernier recours pour Karim Wade et sa défense pour annuler la procédure sus mentionnée reste donc la Cour suprême. Egalement saisie pour statuer sur le cas en question, celle-ci a renvoyé son délibéré sur cette affaire pour le 6 février prochain.

Avec SudQuotidien

Mercredi 22 Janvier 2014 - 09:40



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter