Afghanistan : «l’offensive de printemps» des talibans se solde par une cinquantaine de morts

« L’offensive de printemps», commencée hier dimanche 15 avril, s’est poursuivie tout au long de la nuit. Durant dix-sept heures, des attaques particulièrement audacieuses ont frappé la capitale Kaboul, dans des quartiers considérés comme les plus sécurisés.



Afghanistan : «l’offensive de printemps» des talibans se solde par une cinquantaine de morts
Les combats se sont poursuivis toute une partie de la nuit jusqu’à à peu près 6 heures ce matin, heure de Kaboul. Le dernier bilan officiel fait état de 47 morts, dont 36 insurgés. Les forces de l'ordre déplorent, pour l'instant, la mort de huit des leurs. On dénombre également 25 blessés parmi les civils.
Le palais présidentiel était l’un des deux endroits principalement au cœur des combats. Ce palais se trouve dans le centre-ville de la capitale, à quelques mètres des ministères et du quartier des ambassades. L’autre point central des affrontements a été le quartier du Parlement qui est un peu à l’extérieur de la ville.
Toute la nuit, des tirs, des explosions ont été entendus. Des hélicoptères tournaient autour de Kaboul. Des hélicoptères de combat qui ont aussi participé à l’assaut. Le calme est désormais revenu. Le ministère Intérieur afghan a confirmé que l’assaut avait été donné et qu’il était maintenant terminé.
Offensive « habituelle »
Les attaques de printemps sont quelque chose d’habituel en Afghanistan. Avec la fin de l’hiver, les talibans reviennent dans ces zones pour y mener le combat à la charge.
Mais cette année, avec le retrait des troupes étrangères, annoncé pour l’année 2014 et cette attaque très coordonnée, très bien organisée - les talibans ont visé des lieux symboliques parmi les plus sécurisés de la capitale afghane, des lieux de pouvoir aussi - ils ont montré qu’ils étaient puissants, qu’ils pouvaient frapper n’importe où.
Les talibans voulaient très certainement, aussi, faire passer un message à la communauté internationale en montrant que ses efforts depuis dix ans sont quasiment vains, même si les forces afghanes ont peut-être montré aujourd’hui qu’elles avaient au moins la capacité de réagir.


RFI


Lundi 16 Avril 2012 - 10:59



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter