Afrique Subsaharienne: 9 journalistes sur 10 sont détenus sans aucune inculpation

En Afrique subsaharienne 9 journalistes sur 10 sont détenus sans aucune inculpation. Dans son recensement annuel qu’elle a publié ce mardi 8 décembre, le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) a fait savoir que l’Erythrée, l’Ethiopie, la Gambie et le Cameroun occupent la tête de la liste du déshonneur pour l’Afrique subsaharienne. Par ailleurs, la Chine reste le pays qui emprisonne le plus de journalistes au monde.



Afrique Subsaharienne: 9 journalistes sur 10 sont détenus sans aucune inculpation
Le recensement annuel du Comité pour la protection des journalistes (CPJ) a révélé, ce mardi 8 décembre, que «25 journalistes étaient emprisonnés en Afrique subsaharienne en représailles à leur exercice du journalisme, et près de 90 pourcent (90%) de ces journalistes étaient détenus sans aucune inculpation dans des lieux de détention secrets». En effet, ce recensement qui a été réalisé en la date du 1er décembre 2009, indique qu’ «avec au moins 19 journalistes sous les verrous, l'Erythrée mène de loin la liste de déshonneur des nations africaines qui emprisonnent les journalistes. L’Erythrée détient cette triste distinction depuis 2001 quand les autorités ont brutalement fermé la presse privée en arrêtant au moins dix éditeurs de premier plan sans aucune accusation formelle ni procédure judiciaire, un gage de protection juridique».
Voisine de l’Erythrée, l’Ethiopie arrive au 2ème rang des nations africaines avec des journalistes en prison. Ainsi Quatre (4) journalistes étaient enfermés le 1er décembre dernier, dont deux (2) reporters érythréens qui sont détenus dans des lieux secrets sans aucune accusation formelle ni procédure judiciaire depuis fin 2006. La Gambie, avec sa détention au secret et sans inculpation du reporter Ebrima Chief Manneh depuis juillet 2006, et le Cameroun qui a emprisonné le directeur d’un journal depuis Septembre 2008 termine la liste du déshonneur pour l’Afrique subsaharienne.
Sur le plan mondial, le CPJ a relevé qu’un total de 136 personnes, notamment des reporters, des directeurs de publication et des photojournalistes étaient derrière les barreaux en date du 1er décembre courant, soit 11 de plus qu’en 2008. Cette hausse est liée, selon le document, à une répression massive en Iran, où 23 journalistes sont actuellement en prison.
Cependant la Chine reste le pays qui emprisonne le plus de journalistes au monde, un triste record qu’elle détient depuis 11 années consécutives. L'Iran, Cuba, l'Érythrée, et la Birmanie complètent la liste des cinq nations en tête de cette liste de déshonneur qui comprend 26 pays. Chacune de ces dernières nations s’est constamment classée parmi les pires du monde en matière de détention de journalistes.

Papa Mamadou Diéry Diallo

Mardi 8 Décembre 2009 - 15:41



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter