Afrobasket 2015: le Nigeria nouvelle puissance du basket africain

Le Championnat d’Afrique (Afrobasket 2015) s’est achevé sur le sacre du Nigeria face à l’Angola, ce 30 août en Tunisie. Les Nigérians, qui participeront aux Jeux olympiques pour la deuxième fois de suite, ont peut-être entamé un long règne sur le basket-ball africain. Analyse de cet Afrobasket 2015.



Et si l’Angola, superpuissance du basket-ball africain depuis 25 ans, venait de passer le témoin au Nigeria ? Les Nigérians ont en effet remporté l’Afrobasket 2015, ce 30 août à Radès. Ce n’est certes que leur premier titre après des échecs en finale des éditions 1997, 1999 et 2003. Mais, après une décennie plutôt discrète, les D’Tigers semblent avoir les atouts nécessaires pour dominer le basket continental.
 
Le Nigeria, l’anti-Angola Ces qualités sont totalement à l’opposée de celles de l’Angola, qui s’appuie depuis trois décennies sur un championnat local structuré et des joueurs formés et évoluant au pays. Ce Nigeria, lui, s’exprime avec un très fort accent américain, puisque dix des onze éléments présents en Tunisie sont nés et ont grandi aux Etats-Unis, à l'instar de l’arrière/ailier Chamberlain Oguchi, désigné meilleur joueur de l’Afrobasket 2015.
 
La bonne nouvelle pour l’équipe nigériane, c’est qu’elle est directement qualifiée pour ses deuxièmes Jeux olympiques de suite. Et que cette perspective pourrait attirer d’autres Américains d’origine nigériane tentés par l’aventure à Rio. Bref, d’autres joueurs aux qualités athlétiques exceptionnelles et à la culture basket prononcée pourraient rejoindre les nouveaux champions d’Afrique.
 
Le Sénégal et la Tunisie usés Qu’a-t-il manqué aux autres équipes pour rivaliser avec l’Angola et le Nigeria ? De la réussite sans doute, à l’image du Maroc et de la Centrafrique qui ont perdu chacun d’un point face aux Angolais.
 
Mais il leur a aussi manqué de la fraicheur physique et une profondeur de banc. Les Tunisiens, très ambitieux à domicile, ont beaucoup misé sur le pivot Salah Mejri, un joueur blessé et qui a fini par être perturbé par la douleur en demi-finale.
 
Les Sénégalais, eux, n’ont réellement compté que sur deux arrières durant cette compétition : Xane D’Almeida et Antoine Mendy. Les deux hommes, malgré un match héroïque face aux Nigérians en demi-finale, auraient eu besoin d’être suppléés plus souvent.
 
L’expérience a par ailleurs fait défaut à l’Egypte et au Mali, respectivement 5e et 7e de cet Afrobasket 2015. Mais avec des moyennes d’âge de 25 et 24 ans – les deux plus basses du tournoi – les Egyptiens et les Maliens peuvent être optimistes pour   l’avenir.
 
La Côte d’Ivoire déçoit, le Gabon surprend
 
L’intérieur Luc Mbah a Moute, qui a renoncé à la compétition, a fait défaut au Cameroun, 9e. A la Côte d’Ivoire, 4e en 2013 et 12e mais 2015, il a manqué une préparation sereine et plusieurs joueurs.
 
Enfin, les autres sélections semblaient loin de pouvoir rivaliser pour le titre. Les Algériens, 6es, ont été à leur niveau. Les Marocains, 13es, en ont été  loin, mais ils ont perdu trois matches de justesse. Les Centrafricains, 14es, ont fait de leur mieux, même s’ils sont habitués à briller davantage.
 
La seule surprise est sans doute venue du Gabon, malmené au premier tour. Les Gabonais ont su surprendre le Cap-Vert en huitième de finale, pour obtenir le meilleur classement de leur histoire : huitièmes. 

Rfi.fr

Lundi 31 Août 2015 - 00:30



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter