Agences dissoutes : l’Etat dégage une enveloppe de 300 millions CFA pour dédommagement

L’Etat du Sénégal a décidé de régler la note qu’il doit aux agences dissoutes pour dédommagement. Et pour cela le gouvernement a dégagé une enveloppe de 300 millions de CFA pour dédommager les travailleurs des agences dissoutes.



Agences dissoutes : l’Etat dégage une enveloppe de 300 millions CFA pour dédommagement
La décision   été prise à l’issue de la rencontre tenue ce mardi en présence du ministre des Finances, Amadou Bâ, du ministre du Budget, Birima Mangara, de l’Agent judiciaire de l’Etat, Antoine Diome, du Coordonnateur du Trésor, Abdoulaye Samb, du Directeur général des finances, Mouhamadou Moustapha Bâ, des quatre (4) représentants du «Collectif des ex-travailleurs des agences dissoutes» (Ablaye Ciss, Ousmane Kâ, Madia Séne et Moctar Dabo) ainsi que du facilitateur, Mame Mactar Guèye de Jamra.

Ainsi après plus de cinq (5) tours d’horloge  d’échanges, les différentes parties ont réussi à trouver un terrain d’entente. L’accord stipule qu’il a été décidé que les 63 ex-agents (sur les 227) qui voulaient un accompagnement financier de l’Etat, pour des projets de reconversion professionnelle dans les secteurs agricole et du transport routier, seront financés, «sans délais», a précisé le Ministre Amadou Bâ, dès qu’ils auront mis sur pied leurs Sociétés à responsabilité limitée  (Sarl). L’Etat se chargera de verser à la BNDE, un apport financier, portant garantie de leurs projets.

Concernant le cas des 105 agents qui souhaitent réintégrer la Fonction publique, ils feront l’objet d’une ventilation dans les sociétés publiques et parapubliques, en fonction de leurs différents profils, assure-t-on. Il leur est demandé de fournir leur curriculum vitae et tout autre document attestant de leur domaine de compétence.

Selon le ministre de l’Economie des Finances et du Plan Amadou Bâ, "le point d’achoppement était le volet financier". C’est pourquoi, il tenu dès l’entame de son propos, a rappelé que "le liquidateur avait déjà, tel que prévu par la loi, versé aux ex-agents leurs «droits légaux» (préavis, indemnités de licenciement, arriérés de salaires…)". Et que l’Etat «n’a pas vocation ni compétence à octroyer des dommages et intérêts». Ce qui est du ressort du Tribunal.

Mais les membres du collectif ont écarté la voie judiciaire, soutenant qu’ils voulaient tout régler à l’amiable.  Finalement, le gouvernement a consenti à décaisser un montant de 300 millions «pour solde de tout compte». L’argent sera remis sous forme de chèque du Trésor.
 

Khadim FALL

Mercredi 20 Juillet 2016 - 15:35



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter