Ali Haïdar répond à Greenpeace, « j’ai régularisé une "situation anormale" avec l’Union européenne »



Ali Haïdar répond à Greenpeace, « j’ai régularisé une "situation anormale" avec l’Union européenne »

Le ministre de la Pêche et de l’Economie maritime, Ali El Haïdar, soutient qu’il n’a fait que régulariser « une situation anormale », en signant un nouvel accord qui permet à l’Union européenne (UE) de pêcher 14 000 tonnes de thon par an dans les eaux sénégalaises. « L’Union européenne, depuis 2006, pêche gratuitement dans nos eaux, et ils [les Européens] ont sauté cet accord. Je n’ai fait que régulariser une situation anormale », a-t-il fait savoir.
 

Cette déclaration du ministre fait suite à la demande de l’ONG internationale Greenpeace pour que le gouvernement du Sénégal  "reconsidère" les termes du nouvel accord de pêche qu'il a signé avec l’Union européenne. L'ONG exprimait son inquiétude au sujet de ce nouvel accord de pêche, qui permet à 38 navires européens d’accéder aux ressources halieutiques du Sénégal pour une compensation totale de 13 930 000 € (9 137 481 010 FCFA), sur une période de cinq ans.

Le ministre de la Pêche et de l’Economie maritime,  s’est demandé, « pourquoi l’ONG Greenpeace ne s’est-elle pas révoltée à l’époque où les bateaux de l’Union européenne pêchaient gratuitement dans nos eaux ? ». « Voilà que je prends une compense financière pour régulariser cet accord pour lequel l’Institut international de conservation de la ressource thonière (ICAT) m’autorise à pêcher 50 mille tonnes de thon. Je signe un accord pour 14 mille tonnes de thon et ils ruent dans les brancards’’, s'est-il étonné.


Ali El Haidar explique que c'est parce qu'il a voulu mettre un terme à une pratique qui était là que sa décision suscite une hostilité de la part de certains acteurs. Le ministre de la Pêche a rappelé qu’il existait bel et bien un protocole thonier signé en 2006, lequel permettait à des bateaux de l’UE de débarquer 15 mille tonnes de poissons par an, et cela, dans le plus grand secret.

Selon le ministre, pour la première fois dans l’histoire de ces accords, le commissaire au développement est d’accord pour accompagner le Sénégal dans 4 volets que le ministre considère comme prioritaires et importants. Il a indiqué aussi que l’UE va dégager un budget de 50 millions d’euros pour soutenir le Sénégal dans le secteur de la pêche.


A ce propos, il a cité la recherche, la surveillance de la pêche industrielle, un fonds pour la restauration des écosystèmes dégradés des juvéniles (petits poissons) et un fonds social de calamités pour assurer les pêcheurs. Il a rappelé que l’UE avait déjà signé des accords avec d’autres pays pour pêcher le thon, citant le Maroc, la Mauritanie, le Cap-Vert, la Guinée, la Sierra-Léone et la Côte-d’Ivoire.


‘’Ils font croire aux pêcheurs que j’ai vendu la mer. C’est un mensonge et je le dénoncerai partout. S’ils veulent faire une pétition pour me faire partir, j’en ferai autant et on verra qui partira’’, a-t-il dit, en réponse aux accusations des organisations non gouvernementales (ONG).



Dimanche 4 Mai 2014 - 11:26



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter