Alioune Badara Cissé lance «Abcjaim » et défie Macky: "Aucun être humain ne peut empêcher ma candidature à Saint-Louis"

Regain de tension entre le président Sall et son ancien ministre des Affaires étrangères. La poignée de mains échangée entre les deux hommes assimilée alors à la paix des braves ne change rien pour ABC qui n’exclut pas de se démarquer de l’Alliance Pour la République (APR) pour être maire de Saint-Louis. Ce, d’autant plus dit-il lors du lancement de son mouvement "Abcjaim" hier dimanche : « Le Sénégal est mal en point. Le président de la République le sait. Tous ceux qui l’aident à mettre en application la politique, le savent ». Pis, l'ancien ministre se veut clair et précis: "Je précise en persistant encore une fois, rien ni personne, aucun être humain ne peut empêcher ma candidature à la mairie de cette ville qui m’a vu naître, cette ville qui m’a tout donné et à qui de dois beaucoup"



Alioune Badara Cissé lance «Abcjaim » et défie Macky: "Aucun être humain ne peut empêcher ma candidature à Saint-Louis"
ABC charge Macky. Deux (2) ans après l’accession au pouvoir de ce dernier, l’ancien ministre des Affaires étrangères sous le premier gouvernement d’Abdoul Mbaye juge le bilan pas bon du tout. « Le Sénégal est mal en point, y’a pas à dire. Le président de la République le sait. Tous ceux qui l’aident à mettre en application la politique, le savent » aussi. Ce, à l’occasion du lancement de son mouvement dénommé « Abcjaim » ce dimanche. Occasion qu’il n’a pas raté pour asséner : « le 27 avril, au cours d’un meeting que j’organisai à Saint-Louis, je démontrai encore une fois ma détermination c’est-à-dire si l’APR, parti auquel je me réclame, ne me sent pas digne de diriger sa liste, je créerai ma propre liste. Et, dans ce cas, je ferai recours à d’autres organisations pour que ma candidature soit validée. Si on peut nous imposer un candidat, on ne nous imposera pas un maire. Notre détermination, il y a 25 ans est égale à celle d’aujourd’hui », lance ABC qui nie tout accord avec le frère de la première dame, Mansour Faye.
 

« On n’a pas un communiqué légale qui dit que Mansour Faye est le candidat de l’APR pour qu’il se proclame candidat de Benno Bokk Yaakaar (BBY). On parle de cette poignée de mains qu’on aurait échangée en France tous les deux et d’un accord qu’on aurait trouvé mais ça ne tient pas la route » car pour l’ancien ministre des Affaires étrangères, « Saint-Louis est l’étape la plus proche, la plus immédiate ». Il ne se voit pas « avoir un engagement local sans pour autant avoir d’abord réglé les problèmes locaux. Si je laisse la vague passer, un an après, si je demande aux Sénégalais de me suivre dans mes ambitions nationales, ils me diront pourquoi ne pas avoir commencé par ma ville. C’est une candidature sur la base d’un programme ».
 

A ce propos, ABC de clamer à qui veut l’entendre : « Je précise en persistant encore une fois, rien ni personne, aucun être humain ne peut empêcher ma candidature à la mairie de cette ville qui m’a vu naître, cette ville qui m’a tout donné et à qui de dois beaucoup». 


Lundi 14 Avril 2014 - 10:47




1.Posté par mbagnick le 14/04/2014 21:10
Pour ces locales de juin, si elles ont lieu à temps échu, Saint-Louis est interpelé dans toutes ces composantes, au même titre que les autres communes et départements du pays. Il est temps d’arrêter ces politiciens qui ont toujours à cœur de jouer avec notre cité. ABC appelle à la vraie rupture d’avec les pratiques népotiques et les tromperies de toutes sortes. Les forces vives de Saint-Louis iront ensemble à ces joutes pour rappeler à tous les dictateurs de ce monde que la vieille cité est libre depuis 350 ans.
Par ailleurs, les sons de cloche ne cessent de retentir pour réveiller le Président Macky Sall de sa torpeur. Malheureusement, c’est peine perdue. Macky s’est entouré de la vielle garde et s’est retrouvé prisonnier de son BBY. Il a sabordé l’APR et mis en avant sa famille avant la patrie. Les jeunes sont royalement ignorés au profit de vieux qui n’ont plus aucune ambition ni pour leurs partis, ni pour le Sénégal. ABC a totalement raison. Il faut que ce complot d’Etat cesse et qu’on sente, à travers l’implication des moins de trente cinq ans dans les solutions de développement, une jeunesse engagée et motivée et maîtresse de son destin.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter