Argentine : un mois de repos pour Cristina Kirchner, après une chute

Cristina Kirchner doit céder provisoirement le pouvoir à son vice-président pour raisons médicales. Selon un communiqué diffusé samedi 5 octobre, la présidente argentine souffre d'un hématome crânien causé par une chute au mois d'août, qui l’oblige à se reposer pendant un mois au moins. Un repos forcé qui intervient dans un contexte politique bien difficile pour la majorité présidentielle.



La présidente argentine, Cristina Fernandez Kirchner. REUTERS/Marcos Brindicci
La présidente argentine, Cristina Fernandez Kirchner. REUTERS/Marcos Brindicci
Un décret signé ce lundi 7 octobre par Cristina Kirchner devrait confirmer officiellement que le vice-président Amado Boudou assumera la présidence pour un mois, ainsi que le veut la Constitution en cas d’empêchement du chef de l’État.
 
Même si l’on peut prévoir que beaucoup d’Argentins exprimeront leur sympathie à l’égard de la présidente, c’est un mauvais coup pour le péronisme au pouvoir, parce que Boudou, lié à plusieurs scandales, est un homme contoversé. Et parce que Cristina Kirchner avait pris la tête de la campagne des législatives du 27 octobre, afin que ses candidats améliorent leurs mauvais scores des primaires du 11 août, marquées par un recul de la majorité.
 
D’après le communiqué de la présidence, c’est 24 heures après ces primaires que Cristina Kirchner a fait une chute qui serait à l’origine de l’hématome crânien, diagnostiqué samedi. Selon des sources médicales, l’affection dont souffre la présidente est sérieuse. C’est pour éviter une éventuelle intervention chirurgicale qu’il lui a été recommandé de se mettre au repos.
 
Au-delà des législatives, les interrogations portent sur la fin du mandat de Cristina Kirchner. La présidente, qui a déjà eu des problèmes de santé, -le plus récent en 2012, quand on l'a opérée de la thyroïde-, est en fonction jusqu’à fin 2015.

Source : Rfi.fr

Dépéche

Lundi 7 Octobre 2013 - 17:21



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter