Audit 2011 de l'ARMP: L'Assemblée nationale refuse la transparence

La représentation nationale refuse tout audit. L’Agence de Régulation des Marchés Publics (ARPM) a envoyé une mission d’audit à l’Assemblée nationale mais l’administration lui a opposé une fin de non recevoir. «Selon ces dernières, la mission n’est recevable ni sur la forme, ni sur le fond pour la simple raison que cette institution n’est pas soumise au Code des Marchés publics», a révélé Baye Ibrahima Diagne.



Audit 2011 de l'ARMP: L'Assemblée nationale refuse la transparence
Le membre du conseil de régulation de l’ARMP et représentant des chefs d’entreprises, Abdel Kader Ndiaye ne cache pas sa déception. “Nous constatons depuis le démarrage de la réforme, un manque de volonté de l’Assemblée nationale malgré les rencontres et négociations de l’ARMP, des réticences sont toujours notées”. Et d’ajouter: “L’Assemblée nationale évoque chaque fois l’article 49 du réglement interieur. En ce qui concerne l’utilisation de deniers publics, le parlement devra se soumettre pour la bonne gouvernance. L’argument avancé n’est pas acceptable”.
 
Le chef d’entreprise, Abdel Kader Ndiaye ne compte pas laisser les choses en l’état. Une campagne sera menée pour amener le Parlement à se ployer face à ces exigences. “Cette question sera portée sur la place publique. La société civile, la presse et tout le monde sera mobilisé pour que l’Assemblée nationale, le Conseil Economique, Social et Environnemental se soumette au code des marchés publics”.   
 
Le Directeur général de l’ARMP, Saer Niang a expliqué que l’Assemblée nationale a été officiellement interpellée mais elle nous oppose chaque fois les dispositions internes. “Nous avions discuté avec la commission des finances de l’Assemblée nationale». Pour lui, «l’Administration de l’Assemblée Nationale ne peut pas se soustraire des dispositions des marchés publics. C’est différent des députés, on ne voit pas pour quelle raison l’administration de l’Assemblée Nationale doit se soustraire des marchés publics».
 
Le DG de l’ARMP a fait savoir qu’à l’époque «les autorités de l’Assemblée nationale étaient dans de bonnes dispositions. Il fallait une loi pour les intégrer dans le code des marchés publics».
 
Saer Niang est catégorique «toute structure qui reçoit les deniers publics doit être régi par le code des marchés publics»

Jean Louis DJIBA

Jeudi 29 Août 2013 - 18:45



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter