Barack Obama condamne le meurtre de l'ambassadeur américain à Benghazi

Aux Etats-Unis, le jour se lève sur la nouvelle de la mort de Christopher Stevens, l’ambassadeur américain en Libye et de trois autres fonctionnaires américains. Le président Barack Obama a condamné l'« attaque scandaleuse » contre l'ambassade des Etats-Unis à Benghazi dans lequel le diplomate a trouvé la mort. Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius demande pour sa part l'arrestation des coupables. C'est la diffusion sur internet d'un film amateur anti-islam de treize minutes qui aurait été le déclencheur de violentes manifestations à Benghazi, mais aussi en Egypte.



Barack Obama condamne le meurtre de l'ambassadeur américain à Benghazi
La confirmation officielle, côté américain, de la mort de l'ambassadeur des Etats-Unis à Benghazi est venue du président américain en personne. Barack Obama a condamné cette « attaque scandaleuse », menée à la roquette, selon certaines chaînes de télévision américaines.

CNN avait affirmé avoir parlé à un ressortissant grec travaillant pour le consulat américain de Benghazi et qui aurait identifié le corps de l'ambassadeur américain en Libye, Christopher Stevens.

Quelques heures auparavant, Hillary Clinton avait confirmé la mort d’un fonctionnaire américain dans l’attaque du consulat de Benghazi, mais sans donner de nom. « Nous avons le cœur brisé par cette terrible perte. Rien ne saurait justifier des actes de telle nature », déclarait la secrétaire d’Etat américaine, en référence à ce film qui aurait provoqué les attaques de Benghazi et du Caire ce lundi. Un film d’amateur de 13 minutes produit, selon le Wall Street Journal, aux Etats-Unis par un agent immobiliser israélo-américain, jusque-là totalement inconnu. C’est la diffusion sur internet de ce film, au demeurant d’assez mauvaise qualité, qui aurait été le déclencheur de ces attaques.

Suivant de près la confirmation de la Maison Blanche, le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a demandé l'arrestation des coupables, appelant les autorités libyennes à « réagir » après cette attaque « inqualifiable ».

Agé d’une cinquantaine d’années, Christopher Stevens avait d’abord été le représentant des Etats-Unis auprès du Conseil national de transition libyen, avant d’être nommé ambassadeur par Barack Obama le 22 mai dernier.
 
 

Avec RFI


Mercredi 12 Septembre 2012 - 17:14



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter