Batelemi pour défendre la cause du bas peuple.



Batelemi pour défendre la cause du bas peuple.


De son vrai nom Pape Mass Faye, rappeur de son état, ce dernier est originaire de la Médina. Dans ce quartier défavorisé où il a fait ses premiers pas dans le hip-hop, Batelémi se veut la voix de "ceux qui n'ont de voix, ceux qui sont opprimés et ceux qui ont refusé la parole". C'est ainsi qu'à travers la musique, il se fait l'avocat du bas peuple et défend leur cause. S'étant donc assigné comme mission "de traduire leur vécu et de mettre à la face du monde la réalité des réalités vécues par ces populations ", tel qu'indiqué dans la dossier de presse remis aux journalistes lors d'une conférence de presse qu'il a organisé avec son staff ce jeudi après-midi au centre culturel Blaise Senghor.

Dans ses premières plaidoiries diffusées à travers une première production baptisée « diay le diap », ce rappeur qui se dit engagé passe en revue la situation économique, politique et sociale du pays. L'album de seize titres dont un intro coproduit par « dundu diap », label du rappeur et Bss, est le prétexte pour parler à travers mafia de la corruption et de la mal gouvernance. En égotrip, le titre Batelémi donne l'occasion de faire son apologie. Fière de son parcours il retrace ses débuts et revient sur ses moments difficiles dans le titre « lu des yaw ».

La paix est aussi chantée par batelémi tout comme la mort d'ailleurs. Casamance, aux airs des Touré Kunda est une invite à la paix dans le sud du pays. Et « yako taye di dioye » n'est qu’un hommage à une des cousines du médinois emportée par la faucheuse à la fleur de l'âge. « Diay diap », titre éponyme de l'album est une incitation au travail. La jeunesse sénégalaise se délaisse et fait dans la facilité. Tout est imputé au gouvernement. Alors que le problème c'est d'abord nous avant de pointer d'un doigt accusateur les gouvernants. Ceci est l'avis de Batelémi qui par ailleurs "propose aux jeunes de faire du travail leur leitmotiv" indique le dossier de presse. Dans la même foulée, la rappeur du bas peuple fait un clin d'oeil aux plus jeunes. Un attachement à ses derniers expliquerait ce clin d'oeil (des enfants ont effectué le déplacement de la Médina à Blaise Senghor pour assister à la conférence de presse). Pour l'hymne dédié à l’enfant, Batelémi attire l'attention des pouvoirs publics et des parents afin que "la protection des enfants soit mieux prise en compte".

Bigué Bob

Vendredi 23 Juillet 2010 - 13:45



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter