Bilan des jeux olympiques de Londres: l'inquiétante régression de l'Afrique

Seuls 79 pays ont pu inscrire leur nom au palmarès des médailles des Jeux olympiques de Londres 2012, sur 204 nations participantes. On y retient 10 venant de l'Afrique. Toutefois, le continent noir n'a pas pu faire mieux qu'à Pékin où ses athlètes avaient décroché 40 médailles contre 34 à Londres.



Bilan des jeux olympiques de Londres: l'inquiétante régression de l'Afrique
C’est raté ! L’Afrique qui ambitionnait de récolter plus de médailles à Londres qu’à Pékin, n’a pas pu atteindre son objectif. Dans la capitaine chinoise, les hymnes nationaux des pays africains ont retenti 13ème fois contre 11ème fois dans la capitale anglaise.

Au décompte final, l’Afrique a récolté 34 médailles dans les Jeux olympiques 2012 qui se sont achevés hier, dimanche 12 août, contre 40, il y a quatre ans. Mieux, au niveau des couleurs des métaux, le continent noir est mieux loti en Chine qu’en Angleterre.

En effet, sur les 34 médailles engrangées par les athlètes africains à Londres, 11 sont en OR, 12 en Argent et 11 en Bronze. Or, à Pékin, l’Afrique avait obtenu 13 médailles d’or, 13 médailles d’argent et 14 médailles de bronze.

Mieux encore ! A Pékin, 13 pays d’Afrique avait obtenu une médaille que sont par ordre, Kenya, Ethiopie, Zimbabwe, Cameroun,  Tunisie, Nigeria, Maroc, Afrique du Sud, Soudan (Sud), Egypte, Maurice et Togo.

A Londres, ils ne sont que dix pays à rentrer avec des médailles. Il s’agit de l’Afrique du Sud, de l’Ethiopie, du Kenya, de la Tunisie, de l’Algérie, de l’Ouganda, de l’Egypte, du Botswana, du Gabon et du Maroc.

Toutefois, il faut remarquer que si l’Afrique n’a pas pu mieux faire dans ses olympiades comparées à celles d’il y a quatre, elle dépasse de loin ses performances à Athènes (2004) et Sydney (2000).

En Grèce, le continent a récolté 34 médailles mais huit seulement en Or, 13 en argent et 13 en bronze. En Australie, elle n’a pas accroché à son tableau de chasse que 28 médailles (7 en Or, 8 en Argent et 13 en Bronze).
Par ailleurs, il faut souligner la nouvelle percée de l’Afrique du Sud qui est en passe de devenir la locomotive du continent dans les grandes compétitions sportives internationales.

Cinquième pays africain à Sydney (2000), quatrième à Athènes (2004), la nation arc-en-ciel avait été rétrogradée à la 9ème station à Pékin (2008). Mais, à Londres, les athlètes sud-africains ont refait surface. Avec trois médailles d’or, deux d’argent et une médaille de bronze, l’Afrique du Sud pointe à la première place devant l’Ethiopie (7 médailles : 3 or, 1 argent et 3 bronze), le Kenya (11 médailles : 2 or, 4 argent et 5 en bronze).
Rendez-vous à Rio de Janeiro qui accueille les 31èmes olympiades.
Rudisha, une légende

Les performances que Usain Bolt a réalisé dans l’épreuve reine de l’athlétisme mondial, ne devrait pas éclipser le record de David Rudisha. Le Kenyan double champion olympique, champion du monde et d’Afrique, n’a fait qu’une bouchée de ses concurrents sur 800 mètres. Une course qu’il a mené de bout en bout pour offrir à son pays sa deuxième médaille d’or avec à la clé un record établi le 9 août dernier, avec un chrono de 1 min 40 s 91.
D’ailleurs, l’enfant de Kilgoris, surnommé Fierté de l’Afrique ne compte pas rester dans l’ombre du Jamaïcain, qui s’était auto-proclamé «légende vivante» de son sport après sa course. «Usain, lui, est sur une épreuve différente de la mienne. Donc oui, je peux dire qu'il est la légende du 100 et du 200 mètres. Et je n'aurais pas tort de dire que je suis peut-être la légende du 800 mètres. On le mérite tous les deux car on peut être fier de ce qu'on fait», a déclaré le Kényan en conférence de presse au lendemain de son triomphe.


 
Avec Sudonline
 
 


Lundi 13 Août 2012 - 11:31



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter