Bond du dollar : bonne ou mauvaise nouvelle ?

Favorable aux entreprises européennes, l'appréciation du dollar menace plus les profits des entreprises américaines que l'économie américaine en elle-même.
En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/journal20150401/lec2_finance_et_marches/0204268751816-bond-du-dollar-bonne-ou-mauvaise-nouvelle-1107396.php?y87kIqCZ2CI2jrMy.99



Bond du dollar : bonne ou mauvaise nouvelle ?
Le grand événement de marché de ce début d'année n'est pas tant la force du dollar américain que la rapidité de son appréciation. Après plus de dix ans de sous-valorisation, le billet vert est revenu en quelques mois à sa moyenne historique depuis 1970. D'un point de vue économique, et tant que la devise américaine n'accélère pas vers des niveaux insoutenables, le bilan global devrait être positif. Cela implique en effet des pressions baissières sur les prix des matières premières et du pétrole, améliorant le pouvoir d'achat des consommateurs.



L'inquiétude pourrait venir alors d'un potentiel accès de faiblesse des devises émergentes, qui entraînerait des fuites de capitaux et des défauts. Mais la situation est différente d'épisodes historiques passés, car l'absence de pressions inflationnistes liée à la baisse des coûts énergétiques autorise l'adoption de politiques monétaires accommodantes. De plus, les dettes extérieures émergentes en dollars sont moins élevées, et les réserves de changes plus importantes.


En ce qui concerne l'économie américaine, la hausse du dollar engendre certes une perte de compétitivité. Mais il ne faut pas oublier qu'il s'agit d'une économie fermée dont les exportations représentent moins de 15 % du produit intérieur brut. Par conséquent, tout resserrement monétaire induit par la hausse du dollar sera limité et compensé par les effets positifs de la baisse du pétrole et de l'amélioration du marché de l'emploi. Cela étant, ce qui est vrai pour l'économie ne s'applique pas nécessairement aux marchés financiers. Alors que la baisse de l'euro a été un fort soutien pour les bourses européennes cette année, la hausse du dollar pourrait aussi peser sur les profits des entreprises américaines, surtout si on y ajoute de probables pressions salariales et les effets de la chute du pétrole sur le secteur de l'énergie.
 

lesechos.fr

Mercredi 1 Avril 2015 - 14:28



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter