Brussels Airlines interdite de vol: Belgique menace de rappeler son ambassadeur au Sénégal

"Le dossier est à tel point important pour la Belgique que je me verrai contraint de rappeler mon ambassadeur pour consultation afin d'examiner, de concert avec les autorités européennes, une réaction appropriée au cas où l'interdiction n'est pas levée dans un délai raisonnable qui ne devrait pas excéder les 24 heures", a déclaré le ministre des affaires étrangères de la Belgique aux autorités sénégalaises suite à l’interdiction de la comagnie Belge, Brussels Airlines de desservir à partir de Dakar Banjul, Conakry et Freetown. Certaines sources annoncent même le départ du Sénégal de Georges Sami Godart ce vendredi.



Brussels Airlines interdite de vol: Belgique menace de rappeler son ambassadeur au Sénégal
Belgique a rappelé son ambassadeur basé à Dakar. Georges Sami Godart devrait quitter le Sénégal ce vendredi 28 janvier. Cette brouille est partie de l’interdiction de l’Etat du Sénégal à la compagnie aérienne belge, Brussels Airlines d’assurer la desserte de certaines capitales ouest africaine à partir de Dakar comme Banjul, Conakry et freetown. Selon le porte-parole de Brussels Airlines, la compagnie aérienne a reçu début janvier une lettre des autorités sénégalaises l'obligeant à cesser ses vols entre Dakar et trois autres destinations africaines, Banjul, Conakry et Freetown. Ces liaisons étaient opérées dans le cadre de vols combinés, destinés à optimiser le remplissage des avions: l'appareil desservait d'abord Dakar, puis repartait avec une partie de ses passagers vers l'une des trois autres destinations.

Le Sénégal n'a pas fourni à Brussels Airlines de justifications officielles. Mais des sources proches du dossier évoquent une relation avec le démarrage cette semaine d'une nouvelle compagnie aérienne sénégalaise, Sénégal Airlines. Le pays n'avait plus de compagnie nationale depuis 2009. "On ne peut plus faire quelque chose qu'on a fait pendant huit ans", a déploré le porte-parole de Brussels Airlines, précisant que ces vols combinés faisaient l'objet d'un accord bilatéral entre le Sénégal et la Belgique, "toujours respecté" par la compagnie.

L'affaire est remontée jusqu'au niveau diplomatique. "Le dossier est à tel point important pour la Belgique que je me verrai contraint de rappeler mon ambassadeur pour consultation afin d'examiner, de concert avec les autorités européennes, une réaction appropriée au cas où l'interdiction n'est pas levée dans un délai raisonnable qui ne devrait pas excéder les 24 heures", a averti le ministre belge des Affaires étrangères, Steven Vanackere, dans une lettre à son homologue sénégalais citée par l'agence Belga.

Jean Louis Djiba

Vendredi 28 Janvier 2011 - 09:46




1.Posté par fagor le 28/01/2011 18:48
Mais depuis quand la Belgique a-t-elle de nouveau un gouvernement ? Les Belges sont sans gouvernement depuis un bon moment, ils sont même en train de battre le record du monde d'un Etat sans gouvernement. Alors d'ou vous est sorti ce ministre des affaires étrangères Belges? Vraiment il faut arrêter.

2.Posté par ALEXIS KOSSIGYNE le 29/01/2011 14:03
Le gouvernement tombé peut bien expédier les affaires courantes en attendant la formation d'un nouveau gouvernement.
Ne soyez pas surpris que le ministre belge des affaires étrangères réagisse.
Il faut se demander plutôt le contenu des accords.Le Sénégal avait cédé des droits de trafic à Sn brussels dans quelles conditions et si le Sénégal ne violerait pas un accord par une dénonciation qui ne respecterait pas les conditions aussi bien de forme que de fond?
Attendons de voir la suite? Et pas de précipitations.

Diplomatiquement A.Kossigyne

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter