PRESSAFRIK.COM ,  L'info dans toute sa diversité



Burkina Faso: le réseau mobile perturbé par une grève

La colère monte au Burkina Faso. Les travailleurs de l'Office national de télécommunication (Onatel) sont en grève depuis plus d'une semaine. Conséquence : les communications sont perturbées sur le réseau mobile et les cartes de téléphone sont en rupture de stock.



Les travailleurs dénoncent la gestion de la compagnie des télécommunications et exigent une amélioration de leurs conditions de vie et de travail. « Vous avez un manque de moyens dans nos agences, dans nos ateliers, dans les centres de maintenance et de production, qui handicapent sérieusement les dépannages et qui justement jouent sur la qualité du service », explique Souleymane Sow, secrétaire général du Syndicat national des travailleurs de la télécommunication.
 
Conséquences de ce mouvement de grève : difficultés pour communiquer sur les réseaux et perturbations voire interruptions de l’accès à Internet dans plusieurs villes du pays.
 
Une population agacée
 
Les cartes de recharge se font par ailleurs de plus en plus rares sur le marché et la colère gagne les clients. « On vient juste de quitter un cybercafé, on dit qu’il n’y a pas de réseau là-bas », explique un consommateur. « Actuellement, il n’y a pas d’unité. Ça gâte les affaires et on ne peut pas appeler. Vraiment c’est déplorable », explique un autre. « Moi, ma famille qui est au village travaille toujours avec Telmob. Ils n’ont pas d’autres réseaux que le réseau Telmob. Maintenant je suis venu ici pour les contacter, c’est tout un problème », poursuit un jeune homme.
 
Face à la situation, certains clients menacent de marcher vers le siège de la compagnie de téléphonie mobile. D’autres ont décidé tout simplement de s’acheter une nouvelle carte SIM chez les concurrents. « D’ici trois jours, s’il n’y a pas de solution, on va se lever. On va manifester pour ça », s’exprime un passant.
 
Les représentants des travailleurs ont été reçus par le chef du gouvernement, mais c’est toujours le statu quo.


Source: Rfi.fr

RFI

Lundi 3 Octobre 2016 - 07:23



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter