Burkina: la justice gèle les avoirs des acteurs présumés du putsch

Après le coup d'Etat avorté du 17 septembre, le Régiment de la sécurité présidentielle, le RSP, à l'origine du coup de force, a donc été dissous hier. La justice annonce ce samedi des sanctions ciblées à la fois contre les putschistes et d'ex-barons du régime Compaoré.



Parmi les 14 personnalités politiques sanctionnées, le chef des militaires insurgés, le général Gilbert Diendéré, mais aussi des proches de l'ex-président Blaise Compaoré. AFP PHOTO / AHMED OUOBA
Parmi les 14 personnalités politiques sanctionnées, le chef des militaires insurgés, le général Gilbert Diendéré, mais aussi des proches de l'ex-président Blaise Compaoré. AFP PHOTO / AHMED OUOBA

C’est à la demande du procureur général que le juge d’instruction chargé d’enquêter sur les auteurs du putsch a ordonné le gel des avoirs des auteurs présumés ainsi que de leurs complices, eux aussi présumés. En tête de liste, le général Diendéré, mais aussi son épouse, ainsi que l’ex-ministre de la Sécurité Sidi Paré qui avait été limogé vendredi, lors du Conseil des ministres.

Au total, quatorze personnalités, quatre partis politiques, dont le CDP, le parti de Blaise Compaoré, sont touchés par le gel de leurs avoirs. Eddie Komboïgo, le président du CDP, et son vice-président Léonce Koné figurent parmi les personnalités visées, de même que le président du Nafa, Djibrill Bassolé, l’ancien ministre de Blaise Compaoré. Ces personnes ne peuvent plus, et ce pendant trois mois, effectuer de virements ou de transferts de fonds, ni même vendre ou acheter des biens mobiliers ou immobiliers.

La justice semble décider à aller aussi vite que le pouvoir exécutif qui, vendredi, avait prononcé la dissolution du RSP, le Régiment de sécurité présidentiel, et ordonner l’ouverture d’une enquête pour situer les responsabilités des violences consécutives au coup d’Etat avorté.

Source : Rfi.fr



Dimanche 27 Septembre 2015 - 09:29



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter