Burundi: un avocat dénonce la détention à l’isolement des putschistes

Après deux jours de quasi-mutinerie à la prison de Gitega, la police est parvenue à isoler les vingt-huit présumés putschistes qui avaient tous été rassemblés dans cette prison. Une source locale affirme que ces derniers auraient été enfermés dans sept cellules - soit quatre prisonniers par cellule - et qu'un mur aurait été construit pour les maintenir à l'écart du reste de la population de la prison de Gitega.



Selon les familles, les prisonniers  refusaient d'être mis à l'isolement dans des cellules séparées des autres, craignant d'éventuels mauvais traitements ou même d'être tués. Les forces de sécurité avaient à plusieurs reprises tenté de passer en force, en vain. Et finalement, mercredi dans la matinée, après l'arrivée de renfort, elles y sont parvenues.

À l'extérieur de la prison, il y avait Me Fabien Segatwa, l'un des avocats des présumés putschistes. Il n'a pas pu entrer, et dénonce les violations successives de procédure à l'égard de ses clients, qui n'ont pas vu un juge depuis cinq mois et seraient aujourd'hui à l'isolement.

« C'est vraiment la première fois que je vois ça. C'était comme un black-out complet, donc j'ai essayé de téléphoner à tout le staff de la prison et personne ne répondait. On ne laissait pas les gens entrer dans la prison. J'ai été vraiment témoin. Il y a un véhicule des Nations unies, la branche des droits de l'homme de Gitega, qui n'a pas pu entrer. »
Source:Rfi.fr


Dior Niang "Stagiaire"

Jeudi 8 Octobre 2015 - 09:31



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter