CAN 2012 Zambie - E.Mayuka: "Une joie indescriptible"

0h30, dans les entrailles du stade de l’Amitié. Des chants et des cris de joie ne cessent de s’échapper du vestiaire zambien. Fidèle à sa promesse, Emmanuel Mayuka pointe le bout de son nez et répond gentiment aux questions de Footafrica365.fr. Propos d’un buteur aux anges.



CAN 2012 Zambie - E.Mayuka: "Une joie indescriptible"
Emmanuel Mayuka, vous venez de gagner la CAN pour la première fois de l’histoire de votre pays, la Zambie. Que ressentez-vous ?

Je ne sais pas quoi dire. C’est indescriptible. Seul Dieu a rendu cela possible. Nous le remercions de tous nos cœurs.

Pendant cette CAN, vous étiez animés par un état d’esprit fantastique. Ce soir, avez-vous douté quand vous avez manqué des occasions, ou quand la Côte d’Ivoire s’est vu accorder ce penalty en deuxième mi-temps ?

Non. Quelque chose en moi me disait de ne pas m’en faire. Une voix me soufflait que c’était notre jour, que la Coupe était à nous et que personne ne nous la prendrait. Nous avons toujours cru en nous, surtout ce soir.

Vendredi dernier, j’étais à votre conférence de presse, et je vous ai posé une question sur le titre de meilleur buteur de la CAN. Vous m’aviez répondu que c’était important à vos yeux. Est-ce encore le cas après ce triomphe de toute l’équipe ?

Oui. Cela compte à mes yeux. Il y avait beaucoup de grands attaquants à la CAN. Didier Drogba, Chris (Katongo), et d’autres… Alors, être meilleur buteur du tournoi, c’est forcément gratifiant.

Vous venez de célébrer votre titre avec Kalusha Bwalya, qui fut finaliste et meilleur joueur de la CAN 1994. C’est un rêve devenu réalité pour lui comme pour vous ?

Oui. Kalusha Bwalya était l’un des meilleurs joueurs du monde. Il est le président de notre Fédération. Il nous inspire tous. Il est un exemple pour tous les footballeurs zambiens. Quoi de plus beau que de fêter un titre avec lui ?

La majorité des joueurs de l’équipe de Zambie sont des joueurs locaux, vous-même étant une exception à cette règle. Pensez-vous que ce succès aidera les Chipolopolos à s’exporter vers l’Europe ?

Je le crois, oui. La Zambie est une grande nation de football, tous les gens sont amoureux de ce sport. Ce succès va aider tous les joueurs, et va nous permettre, je l’espère, d’atteindre notre prochain objectif : la qualification pour la Coupe du monde 2014.

Justement, vous allez avoir pour adversaire dans ces éliminatoires le Ghana, que vous avez éliminé en demi-finales. Ne craignez-vous pas d’avoir à affronter des Black Stars revanchardes ?

Non, en football, il ne faut jamais craindre personne. J’ai du respect pour le Ghana, c’est une belle équipe, qui s’est déjà qualifiée pour deux phases finales de Coupe du Monde, avec de grands joueurs qui pratiquent un bon football. Mais une fois sur le terrain, ce sera juste onze joueurs contre onze autres.

Vous jouez aux Young Boys Berne, et vous êtes déjà suivi par des clubs plus prestigieux. A titre personnel, pensez-vous que ce succès vous aidera dans votre carrière ?

Ecoutez, je vais d’abord retourner dans mon club, faire de mon mieux, et on verra ce qu’il advient.

Propos recueillis par Patrick Juillard, à Libreville (Rédaction Football365/FootSud)


Mardi 14 Février 2012 - 11:21



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter