CAN 2012 : le Maroc sans convaincre contre le Niger

Le Maroc et le Niger s’affrontaient, ce mardi 31 janvier 2012 à Libreville, au Gabon, pour la dernière journée de la phase de poule du groupe C. Dans ce match sans enjeu puisque les deux formations étaient déjà éliminées, le Maroc, sans convaincre, a pris le dessus sur le Niger grâce à un but de Younes Belhanda (1-0).



Le Nigérien Moussa Maazou tacle le Marocain Houssine Kharja, le 31 janvier 2012 à Libreville. REUTERS/Thomas Mukoya
Le Nigérien Moussa Maazou tacle le Marocain Houssine Kharja, le 31 janvier 2012 à Libreville. REUTERS/Thomas Mukoya
Un match pour l’honneur devant à peine 1000 spectateurs, avec un taux d’humidité de 80 %, vingt-six degrés au thermomètre et un orage qui menace d’éclater. Tel était le décor pour les vingt-deux acteurs de ce match entre le Niger et le Maroc.

Des Marocains brouillons


Pour cette rencontre sans enjeu, les deux formations étant déjà éliminées, il n’y a pas eu de round d’observation. Dès la 3e minute, les Lions de l’Atlas se créent leur première occasion par Houssine Kharja. Sur un service de Marouane Chamakh, le joueur de la Fiorentina ouvre trop son pied et le ballon file au dessus des bois de Daouda. Le match est lancé mais ce n’est qu’un feu de paille. Car les Marocains ne sont pas très inspirés en cette première période et ratent quasiment tout ce qu’ils entreprennent. Belhanda (21e) enlève trop sa frappe à l’entrée de la surface de réparation tandis que Youssouf Hadji, une minute plus tard, gâche une belle occasion en manquant sa reprise du pied droit.

Il faudra attendre la 34e minute pour que le une-deux entre Boussoufa et El Kaddouri (35e), la meilleure opportunité marocaine, permette au latéral marocain de venir échouer sur le gardien nigérien Daouda. Dominé, le Niger tente timidement de pointer le bout de son nez. Les hommes du duo Courbis-Doula ne sont dangereux que sur coups de pied arrêtés. Mais à la 37e minute, Moussa Maazou, laissé seul par la défense du Maroc, récupère le cuir dans les dix-huit mètres adverse et cogne l’arrête des buts de Mohamed Hamsif. Chaude et unique alerte pour le Maroc durant ces quarante-cinq premières minutes.

Belhanda libère les siens

La seconde période démarre sur les chapeaux de roues pour le Mena national. Les intentions des coéquipiers de Moussa Maazou sont plus affirmées. Karim Lancina décoche un tir puissant sur un coup franc des vingt-cinq mètres qui oblige Hamsif à sortir le grand jeu et à détourner en corner (74e). Boubacar élimine El Kaddouri mais tire hors du cadre (51e). Après avoir subi, les Lions de l’Atlas reprennent leur marche en avant. A l’image de leur première mi-temps, les protégés d’Eric Gerets contrôlent le jeu mais pêchent soit par manque de vitesse dans les enchaînements, soit par un jeu trop stéréotypé sur un Marouane Chamakh trop esseulé aux avant-postes.

A la 58e minute, Boussoufa est lancé seul dans la surface de Daouda qui s’interpose

dans les pieds du milieu marocain. Par deux fois Belhanda (66e) et Boussoufa (74e) frapperont au but sans succès. Les Nigériens procèdent désormais en contre-attaque. C'est à la 79e minute que les Marocains trouvent enfin l’ouverture. Belhanda, sur une remise de Chamakh dans la surface de réparation, fusille un Daouda jusque là vigilant. Grand soulagement pour le Maroc qui, malgré quelques percées nigériennes, contrôlera les débats jusqu’au coup de sifflet final.

En s’imposant péniblement, Belhanda, meilleur joueur coté marocain, sauve l’honneur d’une équipe attendue pour jouer les premiers rôles. Avec trois défaites au compteur et pour leur première CAN, les Nigériens quittent la compétition sans avoir été ridicules.
Source: RFI


Mercredi 1 Février 2012 - 05:44



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter