Centrafrique: le travail des humanitaires de plus en plus laborieux

En Centrafrique, le pays est toujours en crise humanitaire, avertit et insiste OCHA, le bureau de la coordination humanitaire de l’ONU. Si la RCA a connu une accalmie, ou un moment d’espoir depuis les élections au printemps dernier, depuis le mois de juin on note une recrudescence des violences : banditisme et violence des groupes armés un peu partout sur le territoire centrafricain. Une dégradation de la situation sécuritaire dans le pays qui a des conséquences sur la situation humanitaire.



Les besoins humanitaires se font de plus en pressants à mesure que la situation sécuritaire s'aggrave. Alors que les ONG notaient un timide retour des populations, les déplacements forcés se font de plus en plus nombreux.
 
Depuis le début du mois de septembre on dénombre 4 000 déplacés à Kouango dans le centre-sud de la Centrafrique, 4 000 autour de Kaga-Bandoro dans le centre ou encore plus d'un millier du côté de Koui dans le nord-ouest du pays.
 
Deux millions de personnes, dans un pays de cinq millions d'habitants, sont dans une situation d’insécurité alimentaire sévère.
 
Santé et éducation à l'épreuve
 
Parallèlement, si l'épidémie de choléra a été endiguée, elle continue d'inquiéter. Une autre maladie, la variole du singe, prend de l'ampleur selon les autorités; d'autant que l’environnement est favorable à la propagation des maladies car il y a un manque d’accès aux structures de santé et à l'eau potable.
 
Et puis autre sujet d'inquiétude en ce qui concerne l'accès à l'éducation : plus de 400 écoles sont encore fermées selon l'Unicef, notamment à cause de la situation sécuritaire. Une situation sécuritaire qui par voie de conséquence pénalise le travail des humanitaires, rendant de plus en plus difficile l'évaluation de la situation et l'acheminement des aides d'urgence aux populations dans le besoin.


Source: Rfi.fr


Jeudi 29 Septembre 2016 - 08:37



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter