Cette thèse de Doctorat d’Etat au Département de Géographie de la FLSH



Cette thèse de Doctorat d’Etat au Département de Géographie de la FLSH
Une grande Thèse pour le Doctorat d’Etat a été soutenue le Samedi 18 Décembre par Ahmadou Fadel Kane, Chargé d’Enseignements au Département de géographie de la Faculté des lettres et Sciences Humaine (FLSH) de l’UCAD.

L’odyssée de ce grand et prestigieux diplôme d’Etat entrain de s’achever pour cause de Réforme 3-5-8 n’a laissé au professeur Ahmadou Fadel Kane qu’une interstice, mais ouverture quand même, où il a pu faire passer les six tomes, un glossaire et une annexe, soit 5222 pages d’un travail monumental et même « Kolossal » avec « K »pour reprendre le Pr Alioune Kane, membre du Jury.
Car, « colossal » ce travail l’est en tous cas, pesant 28 Kilos, conciliant la rigueur, saluée de tous, la perspicacité, l’intelligence, ainsi que la méthode scientifique sans faille, mais aussi l’extrême rigueur et le soucis fin du détail. Ce qui fait dire au Pr Chaléard, encadreur, après Paul Pellissier décédé, qu’Ahmadou Kane «est le digne élève du Pr Paul Pellissier ».

Quel Jury magnifique, où l’encadreur Chaléard cède devant le gigantisme de l’œuvre de l’élève, avouant avec « humilité » ne pas avoir de questions à poser, car concédant à ce travail qui impose le respect, la même dimension historique que celle de précurseurs éminents, connus de tous, comme Yves Person, Daniel Lefèvre auxquels je me permets d’ajouter Iba Der Thiam et Boubacar Ly ! Quel Jury, où à l’unanimité les examinateurs reconnaissent que le travail à qualifier est déjà « une œuvre ! », en lui-même (Pr Lesourd) et que le candidat concentré et visiblement ému, est «… un géographe complet ! ».

En vérité, une thèse d’Etat n’est pas, fut elle écrite sur des milliers de pages, de la prose bien ficelée. Une thèse est avant tout une série d’hypothèses de travail, autant de pré vérités que l’on soumet au crible scientifique. Ce sont donc et avant tout des résultats définitifs autant que possible, des « Erkenntnisse » pour le dire en Allemand, qui viennent clore un débat scientifique sur une question donnée, définitivement. De ce point de vu, les réponses apportées par ce travail au débat toujours actuel sur le frontières de l’espace sénégalo, mauritano, gambien, incluant le Libéria/Sierra Leone et les Guinées, constatant qu’elles sont toutes « artificielles et arbitraires » selon Kane, pourraient constituer une sorte de ciment rapide issu des laboratoires du Géographe, pour servir de liant à une Afrique de l’Ouest plus resserrée, plus solidaire et plus soudée.

Le recours systématique et constant à la métalangue de la spécialité fait de ce travail cependant, une affaire de techniciens spécialistes malgré son style « …extrêmement clair, ample et souple sans pédanterie ». Ce qui explique la présence de la hiérarchie militaire, d’hommes et de femmes d’état, d’anciens ministres, de diplomates et j’en passe, sans parler des nombreux étudiants et collègues du lauréat, ainsi que de sa famille bien présente et bien visible pour accompagner ce fils de génie, le Géographe hors pair !

« C’est la première fois qu’un enseignant de l’UCAD remplit cette salle ! et c’est la quatrième fois qu’elle est pleine comme cela, depuis Youssou Ndour, Sarkozy et le Président ! » lance un photographe près de moi. Salle pleine ! Promesses tenues !
« Der Teufel sitzt im Detail ! » (« le Diable est dans le détail ! ») disent les Allemands. Et Ahmadou Fadel Kane d’être allé à la traque de ce détail sur des millions de lignes et dans le moindre détail ce qui justifie et certifie l’avis du Jury d’experts « Vous associez intimement Histoire et Géographie !». « Vous êtes un Géopolitique ! Peut être le seul de la région ! »
Quoi de plus naturel et de plus normal que de manière presque convenue, devant l’évidente autorité de ce travail et de la puissance qui en émane, devant ce qui était devenu un « laudatio » ou un panégyrique en chœur, qu’il y ait eu cette passe d’armes, somme toutes bien symbolique, ces mots …croisés, entre le candidat et le président du Jury, le Pr Cheikh Ba. C’était comme si pour une toute dernière et toute ultime fois, l’ancien, le Maître pontife émérite de Géographie, très respecté en FLSH, ne voulait pas que l’élève glisse de ses mains et lui échappe pour toujours… .
Et c’est en habit de lumière, drapé dans la toge jaune or des Lettres et Sciences Humaines à l’instar du Jury, qu’Ahmadou Fadel Kane a rejoint les Maîtres sur le podium, sous les accents stridents et touchants des chants des gawlos foutankés à la gloire de ce prince peulh .

Cette thèse entre dans l’Histoire de la Géographie africaine par le grand Portail d’Honneur comme une performance « sui generis ».

Dr. Daha Dème, Professeur Titulaire des Universités
Inspecteur Général de l’Education Nationale
FLSH(UCAD)


Jeudi 20 Janvier 2011 - 05:01



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter