Chine : les avocats du Premier ministre menacent le «New York Times» de poursuites

Les avocats de la famille de Wen Jiabao menacent le New York Times de poursuites judiciaires. Un communiqué rendu public tard samedi 27 octobre au soir, qualifie les révélations sur le patrimoine familial du Premier ministre chinois, publiées vendredi par le journal américain, de « mensonges ». Le New York Times estime les avoirs des proches du chef du gouvernement à 2,7 milliards de dollars. Et il est très rare que les dirigeants chinois réfutent ainsi les informations des médias étrangers.



Chine : les avocats du Premier ministre menacent le «New York Times» de poursuites
Avec un demi milliard d’internautes chinois, la censure ne suffit plus à retenir les informations et les avocats sont de sortie. Chose très rare, ce sont donc deux conseils de la famille Wen Jiabao qui, à la suite du porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères vendredi, sont venus démentir les révélations du New York Times.

Le communiqué en six points publié samedi soir à 23h et dont le Sunday Morning Post a pu obtenir une copie affirme que :
1. Les « soi-disant richesses cachées des membres de la famille Wen Jiabao n’existent pas. »
2. Que la mère du chef du gouvernement, qualifiée de « reine des diamants » par nos confrères américains, « n’a jamais eu de revenus (…) autres que la pension qui lui est versée par l’Etat. »
3. Enfin, que le Premier ministre « n’a jamais joué aucun rôle dans les activités commerciales des membres de sa famille ». C’est pourtant ce dernier point qui est reproché par le New York Times à celui que les médias officiels ont surnomé « Papy Wen ».

« Nous continuerons de faire les clarifications nécessaires sur les autres rapports mensongers », indiquent les avocats qui se réservent le droit de poursuivre le journal en justice. Un pare-feu destiné à préserver cette image d’un chef du gouvernement réformateur, grand-père du peuple et héros de l’anticorruption. Pas sûre que cela suffise… David Barboza, le correspondant du New York Times à Shanghaï depuis huit ans, explique sur son blog que toutes les informations collectées pendant un an pour cette enquête, sont publiques.


RFI

 

 


Dimanche 28 Octobre 2012 - 11:57



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter