Chine: refusant l'expropriation, un couple se retrouve au milieu d'une route

L'obstination d'un couple de sexagénaires chinois à refuser de quitter leur appartement promis à la démolition, les a amenés à demeurer coûte-que-coûte dans un immeuble partiellement détruit qui se dresse désormais, totalement isolé, au milieu d'une route 2 fois 2 voies.



Chine: refusant l'expropriation, un couple se retrouve au milieu d'une route
L'image de cette nouvelle "maison clou" -- ainsi que sont appelées en Chine les demeures habitées par des résistants aux expropriations, qui se retrouvent perdues dans des immenses chantiers de construction -- était publiée vendredi par de nombreux médias et sites internet.

Situé dans la province orientale du Zhejiang, l'immeuble de 5 étages a été rongé de tous les côtés par les pelleteuses, sauf au niveau des fondations au-dessus desquelles se trouve l'appartement de Luo Baogen, 67 ans, et de sa femme de 65 ans. Les voitures frôlent leur immeuble.

Depuis 4 ans le couple lutte pour obtenir une compensation d'expropriation supérieure au montant de 260.000 yuans (32.400 euros) offert par les autorités locales de Daxi, a rapporté le journal China Daily.
Les saisies foncières sont la principale raison des révoltes contre les autorités en Chine, pays où les zones urbanisées s'étendent rapidement, et ceux qui s'y opposent bénéficient généralement de la compréhension de la population.

"Quelle vision. J'espère qu'ils vont tenir bon", confiait un internaute nommé Guangshen Zhuxiaozi sur Sina Weibo, l'équivalent chinois de Twitter.

"Les gens du peuple sont toujours désavantagés. Les méthodes du gouvernement sont tellement inhumaines", a commenté un second internaute, Ha Pu Sheng.

D'autres ont apprécié la retenue des autorités, qui n'ont pas envoyé d'hommes de main pour expulser de force le couple, ainsi que cela se fait fréquemment en Chine. "Je note un progrès chez les responsables locaux", a écrit l'un d'eux.

En 2007 à Chongqing une maison clou avait connu une large couverture médiatique, le couple l'habitant refusant de quitter leur logement occupé par leur famille depuis trois générations. Les promoteurs avaient creusé tout autour de la maison un trou d'une dizaine de mètres de profondeur, coupant l'eau et l'accès à la maison. Le conflit avait duré deux ans avant que l'affaire se règle à l'amiable.































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































Afp

Samedi 24 Novembre 2012 - 13:02



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter