PRESSAFRIK.COM ,  L'info dans toute sa diversité



Combat contre le cancer du col de l’utérus: 889 445 filles seront vaccinées durant la 1ère année de campagne



Combat contre le cancer du col de l’utérus: 889 445 filles seront vaccinées durant la 1ère année de campagne
A l’occasion de la 7ème Semaine Africaine de la Vaccination, le Ministère de la Santé du Sénégal a dévoilé le calendrier relatif à l’introduction du vaccin contre le cancer du col de l’utérus pour l’année 2017-2018.

La Semaine Africaine de la Vaccination est une initiative régionale pilotée et coordonnée par le Bureau régional de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour l’Afrique afin de sensibiliser la population à l'importance de la vaccination pour les personnes de tous âges et à augmenter les taux de vaccination contre les maladies pouvant être évitées par la vaccination, précise la note parvenue à PressAfrik. 

Le cancer du col de l’utérus est parmi les cancers les plus fréquents chez les Africaines et plus particulièrement au Sénégal. Le Professeur Mamadou Diop, Chef de service d’oncologie à l’Hôpital Aristide Le Dantec a rappelé que « le cancer du col de l’utérus représente 22% de tous les cancers féminins en Afrique et 34 femmes sur 100 000 sont diagnostiquées comme ayant un cancer du col de l’utérus. 23 femmes sur 100 000 meurent du cancer du col de l’utérus chaque année en Afrique», précise le document. 

"Le Sénégal a donc fait de la lutte contre le cancer du col de l’utérus une des priorités de son programme national de développement sanitaire (PNDS) et lancera à l’échelle nationale une campagne de vaccination qui va concerner les filles âgées de 9 à 15 ans, scolarisées et non scolarisées, pour la première année (2017-2018), puis la cohorte des filles de 9 ans les années suivantes. Le nombre de filles ciblées pour la première année est de 889 445. La première étape de la campagne de vaccination débutera en Novembre 2017 et la seconde étape en Mai 2018".

Dr. Ousseynou Badiane, Chef de la Division de l'Immunisation et Coordonnateur du Programme Elargi de Vaccination au sein de la Direction de la Prévention, Ministère de la Santé et de l'Action Sociale, y indique que «les données scientifiques montrent que la réponse immunitaire est meilleure lorsque le vaccin est administré avant 15 ans plutôt qu’après». Avant d'ajouter que « la vaccination anti-VPH est un outil de prévention primaire et il est extrêmement important de sensibiliser un public plus large: les adolescents, les parents, les éducateurs et les acteurs communautaires afin de mener le combat contre le cancer du col de l’utérus au Sénégal».


Vendredi 28 Avril 2017 - 13:14



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter