Conférence des ministres de la Francophonie: quand Mankeur Ndiaye fait attendre Abdou Diouf et ses homologues



Conférence des ministres de la Francophonie: quand Mankeur Ndiaye fait attendre Abdou Diouf et ses homologues

Le président Sall ne sera pas content. Le mauvais point du ministre des Affaires Etrangères, Mankeur Ndiaye à la conférence des ministres de la Francophonie. Le Sénégalais et le retard, c’est une longue histoire. Le secrétaire Général de la Francophonie et les participants de la conférence des ministres qui ont la langue française en commun l’ont su à leurs dépends. Un retard d’environ deux (2) tours d’horloge sur le démarrage des travaux, c’est ce qui a été constaté hier lors de l’ouverture de la 29ème session de la conférence des ministres de la Francophonie. Le fautif, n’est autre que le ministre Mankeur Ndiaye qui s’est fait attendre.

Alors que c’est à lui que son homologue de la République Démocratique du Congo devait passer le témoin, il était aux abonnés absents. Créant un malaise dans la délégation sénégalaise composée du délégué général de la dite organisation, Jacques Habib SY, Penda Mbow, représentante du président Sall, El Hadji Hamidou Kassé, président du comité scientifique de l’organisation du prochain sommet de la Francophonie à Dakar, Abdoul Aziz Mbaye, ministre de la culture et l’Ambassadeur du Sénégal à Paris, Paul Badji qui se demandait, mais où est donc passé Mankeur Ndiaye ?

Abdou Diouf sur les lieux de très bonne heure, était tout aussi dépassé par les événements. Finalement, ordre a été donné par la police de rechercher le ministre. Les policiers accompagnés de la sécurité de l’hôtel se rendent dans la chambre de Mankeur Ndiaye où il ne se trouvait pas non plus ». « Il n’a pas passé la nuit à l’hôtel. Les policiers ont défoncé la porte de sa chambre mais il n’était pas sur les lieux » confie une source qui précise que « c’est quelques minutes après le retour des policiers que le ministre a fait son entrée dans la salle » sur les colonnes du journal « l’observateur » où d’autres dénoncent « une querelle de leadership au sein de la délégation sénégalaise. Les gens se mettent des bâtons dans les roues pour leurs intérêts crypto-personnels. Et comme, le ministre des Affaires étrangères a bon dos, les mauvaises langues qui sont dans la délégation ont profité de la situation pour salir son nom ».


Vendredi 8 Novembre 2013 - 10:33



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter