Crash des Comores : la survivante aurait en fait 14 ans



Crash des Comores : la survivante aurait en fait 14 ans
Moins d'un mois après le crash de l'Airbus A330 d'Air France qui effectuait la liaison Rio-Paris (228 morts, dont 72 Français), un Airbus A310 de la compagnie Yemenia s'est abîmé en mer peu avant son arrivée aux Comores dans la nuit de lundi à mardi.

Il y avait 153 personnes à bord, dont 66 Français. Arrivés sur place, les secours ont retrouvés une jeune fille de 14 ans, embarquée à Paris. Elle serait en bonne santé.

Les causes du crash restent inexpliquées, mais plusieurs sources évoquent les mauvaises conditions météo.

Par ailleurs, selon le secrétaire d'Etat aux Transports Dominique Bussereau, « de très nombreux défauts » avaient été repérés sur l'appareil et la compagnie nationale Yemenia était « très surveillée ». Elle figure dans la catégorie C des compagnies aériennes, « sous réserve ».

17h20. Sur Europe 1, le sergent Saïd Abdilaï, présent sur le bateau des secours, confirme qu'une jeune fille de 14 ans a bien été repéchée. Elle est en bonne santé. Deux corps auraient par ailleurs été apperçus dans l'eau, mais n'ont pu être repêchés en raison des mauvaises conditions météos.

17h10. Sur France 24, Mohamed M'Batanzza, parent de victimes résidant à Lyon, explique la colère des familles comoriennes envers Yemenia. Le 31 janvier, à la Courneuve, les Comoriens de France se sont réunis pour attirer l'attention sur « les conditions abominables » de cette compagnie. (Voir la vidéo)

15h55. Selon Mohammed Abdul Qader, chef adjoint de l'aviation civile yéménite :

« Quand l'avion s'est approché de l'aéroport de Moroni, le vent soufflait à 61 km/h et il y avait une tempête en mer. »

15h40. Contrairement à ce qu'avait indiqué à Rue89 une source sur place, c'est une jeune fille de 14 ans, et non un garçon de 5 ans, qui a été récupérée par les secours, nous a assuré Ibrahim Abdourazak Razida, porte-parole de la cellule de crise de l'aéroport de Moroni.

Selon M. Razida, Bakari B., 14 ans, ne savait pas nager mais serait restée accrochée plusieurs heures à un débris flottant avant d'être sauvée. En bonne santé, elle est actuellement en route vers l'hôpital de Moroni.

12h52. Sur le site du Nouvel Obs, Bacar Soilihi, collaborateur du député PS de Seine-Saint-Denis Daniel Goldberg et membre de le communauté comorienne, estime que :

« Sur environ 60 Comoriens qui ont embarqué à Roissy, une bonne partie venait de La Courneuve mais on ne sait pas combien sont restés à Sanaa et combien sont repartis à Moroni. »

« Malheureusement des hommes, des femmes et des enfants de La Courneuve étaient à bord mais on ne connaît pas leur nombre exact. Ce qui est sûr c'est qu'on dénombre déjà trois familles touchées », a indiqué la mairie. La mosquée comorienne de la Courneuve organise une prière à 18h00.

12h27. Selon la gendarmerie de Mitsamiouli, jointe par téléphone par Rue89, l'accident aurait eu lieu à 50 km de la côte. La gendarmerie précise que l'enfant survivant sera acheminé par bâteau à l'hôpital El Maarouf de Moroni.

12h32. Sur le site de La Provence, Stéphane Salord, consul général des Comores à Marseille (d'où sont issus 61 des passagers) explique :

« Ce sont, pour la plupart, des personnes françaises de la communauté comorienne de Marseille (la ville compte 80 000 Comoriens, ndlr), des familles avec des enfants qui reviennent pour deux ou trois mois au pays. »

11h55. Au téléphone depuis Moroni, Ibrahim Kassim confirme à Rue89 que le jeune enfant récupéré par les secours « est fatigué mais en bonne santé ». L'état de la mer rend difficile l'intervention.

11h51. Le ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner confirme qu'il y avait bien 66 Français à bord de l'avion. « Alain Joyandet, secrétaire d'Etat en charge de la Coopération et de la Francophonie, se rendra à Moroni très rapidement. » L'ambassade de France à Moroni a mis en place une cellule de crise pour les familles, qui peut être jointe au +269 77 30 753.

11h23. Selon Ibrahim Kassim, responsable de l'Agence pour la sécurité de la navigation aérienne pour l'Afrique et Madagascar, joint par Rue89 à Moroni, c'est un enfant de 5 ans qui aurait été retrouvé par les secours. « Ils n'ont pas encore pu approcher les autres corps. »

11h20. Un survivant a été retrouvé sur le lieu de l'accident, a annoncé un haut responsable de la compagnie aérienne yéménite. Trois corps ont également été repêchés lors des opérations de recherches.

11h00. Selon le journal de l'actualité de l'océan inden Malango, la compagnie aérienne Yemenia se trouve dans le groupe C des compagnies aériennes, comme le confirme le site Securvol. Dans ce groupe C figurent les compagnies « sous réserve », tandis que sur la liste D figurent les compagnies « à éviter » et sur la liste E des compagnies interdites en Europe. Yemenia aurait 11 appareils, avec une moyenne d'âge de dix ans.

10h31. Revenant sur ses déclarations au micro d'Europe 1 quelques minutes plus tôt, le secrétaire d'Etat aux Transports, Dominique Bussereau, a affirmé sur i>Télé que de »très nombreux défauts (avaient été) constatés » sur l'avion de la compagnie Yemenia :

« L'A310 en cause avait été contrôlé en 2007 par la DGAC (Direction générale de l'aviation civile, ndlr) en France et on avait constaté un certain nombre de défauts. L'appareil depuis n'avait pas réapparu dans notre pays. »

Par ailleurs, « la compagnie ne faisait pas partie de la liste noire mais faisait l'objet de notre part d'un contrôle renforcé et devait être auditionnée prochainement par le comité de sécurité de l'Union européenne ».

Crash des Comores : la survivante aurait en fait 14 ans
10h22. Un vol de reconnaissance effectué par un avion de la compagnie Comores Air Services a localisé les lieux du crash de de l'airbus de Yemenia, au large de la ville de Mitsamiouli dans le nord de la Grande-Comores, selon la présidence comorienne. « Les traces de carburant sont visibles » a précisé le correspondant de la Radio Nationale présent à l'aéroport de Hahaya où siège la cellule de crise mise en place par le Gouvernement.

10h15. Airbus donne des informations complémentaires sur l'appareil qui s'est abîmé en mer : selon le communiqué, l'A310-300 reliant Sanaa à Moroni était sorti des lignes de production en 1990 et était exploité par la compagnie Yemenia depuis octobre 1999. Il cumulait 51 900 heures de vols effectués sur 17 300 vols différents. Une équipe de spécialistes d'Airbus est dépêchée sur place pour participr à l'enquête.

Les A310-300 comportent 220 places à bord et sont en service depuis 1985. Fin mai, quelque 214 avions de ce type sont en service, sur 41 compagnies différentes.

10h00. Dans un communiqué de l'Elysée, Nicolas Sarkozy a exprimé sa « très vive émotion » après cet accident et « a immédiatement demandé aux armées de tout mettre en oeuvre, notamment à partir de Mayotte et de la Réunion, pour porter secours aux passagers et membres de l'équipage de l'Airbus de la compagnie yéménite ».

09h50. Selon Ibrahim Kassim, responsable de l'Agence pour la sécurité de la navigation aérienne pour l'Afrique et Madagascar, joint par Rue89 à Moroni, trois bâteaux ont été envoyés sur place « pour repêcher les corps et voir s'il y a des survivants ». Les secours ne sont pas encore arrivés sur place mais des corps et des débris ont été localisés par un avion survolant la zone. (Ecouter le son)

09h40. Selon des informations données par Le Point mais non sourcées, il y aurait 66 Français à bord de l'appareil. 40 auraient embarqués à Paris et 26 à Marseille.

09h15. L'intervention du secrétaire d'Etat aux Transports, sur Europe 1 ce matin. Appelant à la prudence, Dominique Bussereau y parle d'une première approche de l'appareil vers Moroni qui aurait été ratée.

09h10. Une cellule de crise a été mise en place à Sanaa, au Yémen. Elle peut être contactée aux numéros de téléphone suivant : +967 1250 833 ou +967 1250 800.

09h03. Les conditions météorologiques étaient apparemment mauvaises au moment de l'accident, selon la direction de Yemania Airways. Sur Europe 1, le secrétaire d'Etat français aux Transports, Dominique Bussereau a également évoqué cette piste avec prudence, rappelant que la compagnie yéménite ne figurait pas sur la liste noire des compagnies et que l'Airbus A310 est l'un des avions les plus utilisés dans le monde.

08h55. Une cellule de crise a été mise en place à Roissy (elle peut être jointe +33 1 48 64 59 59) ainsi qu'une cellule de soutien psychologique à l'aéroport de Marseille (qui peut être jointe au +33 4 91 63 45 23).

08h52. La France a dépêché sur place deux bâtiments de la marine nationale depuis l'île de la Réunion et un Transall médicalisé. Des corps auraient déjà été repêchés.

08h50. 78 personnes sont montées à bord du premier avion de Yemenia à Marseille. 61 de ces 78 personnes, essentiellement des familles franco-comoriennes rentrant aux Comores pour les vacances, poursuivaient leur route vers Moroni à bord de l'Airbus A310 qui s'est crashé.

08h45. La plupart des passagers, Français et Comoriens, étaient partis de Paris Charles-de-Gaulle à bord d'un Airbus A330 de la compagnie nationale yéménite Yemenia à destination de Sanaa, après une escale à Marseille. Au Yémen, ils avaient changé d'appareil, prenant le vol IY626 à destination de Moroni capitale des Comores, où ils devaient arriver à 1h00 (heure de Paris) dans la nuit de lundi à mardi.

L'avion se serait abîmé en mer, apparemment à 3 km des côtes comoriennes. Des corps et des débris de l'appareil auraient déjà été repérés par les secours dépêchés sur place par les autorités comoriennes et de Madagascar.

Source: Rue89.com

Rue89

Mardi 30 Juin 2009 - 18:19



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter