Crise électorale au Gabon: une délégation de l'UA pour mener la médiation?

Au Gabon, pas de trouble majeur ces dernières heures, mais c'est toujours le bras de fer. Chacun campe sur ses positions après la réélection contestée d'Ali Bongo à la présidentielle. Pour tenter de débloquer la situation, l'Union africaine se dit prête à envoyer une délégation au Gabon.



L'initiative a été annoncée dans un communiqué du président tchadien,
Idriss Déby, président en exercice de l'organisation. Il souhaite envoyer une délégation de chefs d'Etat africains et de représentants de l'UA et des Nations unies « dès que les conditions pour une visite seront établies ». Une délégation « de haut niveau » devrait donc arriver au Gabon « dans les plus brefs » délais pour tenter de jouer les bons offices.
 
Selon le porte-parole de l'Union africaine des consultations sont en cours sur la composition exacte de la délégation, qui sera appuyée par la CEEAC et les Nations unies, et aussi pour définir les contours exacts de cette mission. « Le président Idriss Déby est en contact avec les différentes parties prenantes qui sont en train de définir clairement l'objet de cette mission pour avoir un consensus. Mais une chose est claire : s'il y a eu des contentieux, ils vont, avec l'assistance de l'Union africaine, à avoir une solution vraiment durable. Une solution que les parties prenantes prendront entre elles. Le recomptage, si telle est leur décision », explique à RFI le porte-parole de la Commission de l'Union africaine Jacob Enoh Eben.
 
Les deux camps favorables
 
Le porte-parole du gouvernement gabonais, Alain-Claude Bilie Bi Nzé, se dit d'accord avec cette proposition : « Le président Ali Bongo accepte l’arrivée de cette délégation à Libreville d’autant plus que le président Ali Bongo a des éléments légitimes à faire valoir. Et dans les traditions africaines, on ne refuse pas l’arrivée de quelqu’un. Il se propose de venir apporter sa pierre au retour au calme. Ce que nous attendons est que la voix du Gabon soit entendue et que la voix de la légalité constitutionnelle soit entendue et respectée ».
 
Du côté de l'opposition, on ne refuse pas non plus l'initiative de l'UA. « Si la mission peut faire entendre raison à Ali Bongo pour qu'il se plie aux résultats des urnes, ce serait l'idéal pour notre pays, explique Jean-Gaspard Ntoutoume Ayi, le porte-parole du camp Jean Ping. Nous regardons avec beaucoup d'optimisme l'arrivée de cette mission. Si c'est une médiation, elle n'aura de sens que si elle permet de respecter les suffrages des Gabonais. »
 
Recomptage des voix ?
 
En attendant une éventuelle délégation de l'UA, que va-t-il se passer ? La question des recours devant la Cour constitutionnelle se pose. La date limite de dépôt, c'est de jeudi. Le camp d'Ali Bongo l'a déjà dit il le fera, il présentera des recours sur des fraudes dans certains bureaux de vote. Côté opposition, le camp de Jean Ping demande toujours et avant tout le recomptage des bulletins avec une nouvelle réunion de la Commission électorale.
 
Un recomptage bureau de vote par bureau de vote à l’aide des procès-verbaux. Pour cela, l’opposition souhaite qu’on retourne devant la Commission électorale nationale, autonome et permanente, réunie à nouveau en plénière, c’est-à-dire une trentaine de personnes avec des représentants des deux camps, ainsi que des ministères techniques. « C’est l’instance appropriée, c’est elle qui pose problème donc il faut se concentrer sur cette Cénap », explique Jean Ping.
 
En plus d’une plénière, l’opposition réclame une commission ad hoc d’experts : des Gabonais, mais pourquoi pas aussi des spécialistes de l’Union européenne, puisque l’UE avait lancé sa mission électorale plusieurs semaines avant le vote. C’est une solution simple, légale et qui ne prendrait qu’une demi-journée, affirme Jean-Gaspard Ntoutoume Ayi. Il veut se concentrer sur le recomptage du Haut-Ogooué, la province où Ali Bongo a obtenu 95% des voix avec une participation proche des 100%. L’opposition affirme détenir 156 PV de cette province et que les chiffres donnaient Jean Ping vainqueur avec une avance irrattrapable.
 
De son côté, le pouvoir accuse toujours Jean Ping et des ressortissants ivoiriens de complot avec tentative de falsification des résultats.
 
Quels recours devant la Cour constitutionnelle ?
 
Pour autant, l’opposition n’a pas encore déclaré si elle allait déposer des recours devant la Cour. C'est une vraie interrogation puisque, après l’annonce officielle des résultats, on a huit jours pour déposer un dossier. C’est ce que demande le pouvoir : que l’opposition suive les voies légales et porte réclamation devant les juges. Jean Ping aujourd’hui répond qu’il ne faut pas poser le problème dans ces termes. Pour lui, la façon dont Ali Bongo a été déclaré vainqueur a été irrégulière.
 
Rappelons comment cela s’est passé, techniquement, le 30 août 2016. La Cénap s’est rassemblée en plénière, elle a recompté les PV. Puis les 8 membres du bureau - l’instance suprême de la Cénap - se sont réunis : 4 avaient validé les résultats, 1 avait voté contre et 3 membres de l’opposition s’étaient abstenus. Dans la foulée, Ali Bongo avait été proclamé vainqueur. L’opposition dit que ces représentants n’ont pas signé le PV final, validant la victoire du chef de l’Etat. Donc sa victoire n’est pas valable et donc il faut recompter toujours devant la Cénap.


Source: Rfi.fr


Mercredi 7 Septembre 2016 - 07:47



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter