Culture agro-carburant : la canne à sucre dame le pion au jatropha à Richard Toll

Les paysans ne préfèrent pas trop la culture du jatropha. En tout cas ceux établis dans la zone du Walo plus précisément dans la communauté rurale de Sandente ont fait savoir qu’ils préfèrent la culture de la canne à sucre à celui du jatropha. Ils ont été nombreux à le faire savoir lors de l’atelier sur «l’agriculture familiale face aux biocarburants : quels enjeux pour la sécurité alimentaire et les zones humides au Sénégal?», qui se tient depuis ce mardi 29 décembre à Richard Toll (101 km de Saint Louis).



Culture agro-carburant : la canne à sucre dame le pion au jatropha à Richard Toll
La culture du jatropha semble ne pas avoir la cote dans le nord du Sénégal. Beaucoup de producteurs rechignent à s’engager dans cette culture et préfèrent plus celle de la canne à sucre. Sidy Ba fait partie de ces paysans qui ne souhaitent pas la culture du Jatropha. Ce jeune producteur de déclarer : «je préférerais que l’on préconise la culture de la canne à sucre en lieu et place du jatropha». Selon lui, la canne à sucre est plus rentable car on peut produire du sucre à partir de cette plante mais aussi on peut avoir de l’éthanol. Sidy Ba a indiqué qu’«il n’y a même plus de terre de Mbane à Richard Toll. Alors quand on fait l’état des lieux et qu’on regarde les conditions dans lesquelles on cultive la jatropha (36000 ha) et son faible rendement sur 3 ans, il n’est même pas imaginable de le faire».

Abdoulaye Faye de l’ASESCAW a fait comprendre qu’«il sera difficile pour que la culture du jatropha réussisse dans le Walo». Il a, à cet effet, argumenté, «nous avons un problème d’auto suffisance alimentaire au Sénégal et on nous parle de culture agro carburant». Le vieux Yade corrobore les propos d’Abdoulaye Faye. Il a indiqué : «nous, ce que l’on cultive, c'est-à-dire l’arachide c’est sur 3 mois. Tandis que la jatropha c’est sur 3 ans, cela ne nous arrange pas».

Les responsables d’ONG Wetlands et ActionAid initiatrices de l’atelier qui a réuni plusieurs producteurs de Richard Toll et des zones environnants ont estimé que dans certaines localités, les transactions sur les terres sont arrangées par des intermédiaires locaux. Ces «négociants» ont plus de facilité d’approcher les petits paysans, moins méfiants à l’égard des personnes de leur communauté.

Papa Mamadou Diéry Diallo

Mercredi 30 Décembre 2009 - 12:42



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter