Décès du Régis Gizavo, l'un des maitres de l'accordéon

Alors qu'il était en Corse avec le groupe Alba, le musicien malgache Régis Gizavo est décédé le 16 juillet, à 58 ans Avec son instrument en bandoulière, s'abandonnant à lui les yeux fermés, le lauréat du prix RFI Découvertes en 1990 a fait chanter son accordéon en live pour des artistes comme Cesaria Evora, I Muvrini, Christophe Mae et bien sûr sur ces albums personnels ainsi que les différents projets destinés à mettre à l'honneur son île natale de l'océan indien, que ce soit le Malagasy All Stars ou plus récemment le prometteur trio Toko Tely.



Associer accordéon et musique malgache, cela peut sembler étonnant. Introduit par des marins de passage au début du 19e siècle, le "piano du pauvre" est pourtant l’un des instruments traditionnels à Madagascar car il a trouvé une place naturelle dans la culture locale, avec un autre son, un autre jeu que Régis Gizavo perpétue et dont il est l’un des derniers détenteurs.

Biographie:
A Tuléar où il naît le 16 juin 1959, Régis entend très tôt le son de l’accordéon, un petit modèle diatonique que possède son père. Ce sont surtout ses frères qui l’utilisent et quand il commence à prendre l’instrument familial vers l’âge de six ans, ce n’est pour lui qu’un jouet avec lequel il essaie de reproduire ce qu’il entend. Il le fait assez bien pour qu’une formation de quartier qui anime les soirées vienne le chercher lorsqu’il a douze ans pour qu’il joue un peu de musette, du sega et d’autres rythmes dansants. Pendant que les autres musiciens draguent, il explore les possibilités du modèle chromatique à touches clavier que vient d’acheter son père.
 
Au cours de ses vacances dans le village de sa mère, le jeune garçon fait la découverte des styles traditionnels liés aux rituels

Rfi.fr

Lundi 17 Juillet 2017 - 16:12



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter