Démise de sa fonction de présidente du Conseil départementale de Bambey, Aïda Mbodj dénonce

"C'est une manoeuvre politicienne d'un pouvoir aux abois", telle est la réaction d'Aïda Mbodj qui vient de recevoir la notification de son exclusion du Conseil départemental de Bambey. La responsable libérale se veut claire: "On ne laissera pas passer. Ce n’est pas possible… ".



«Je viens de sortir du bureau du commissaire de Dieuppeul qui vient de me remettre la notification et nous en sommes au même niveau, je viens d’apprendre que le ministre de la Gouvernance locale, c’est lui qui a signé la notification transmise au Gouverneur de Diourbel depuis le 20 avril, avant-hier pour lui dire que j’ai été démise…», déclare d’emblée la responsable libérale.

Ladite «notification d’une fin de mandat prononçant la déchéance de mon mandat de conseillère départementale et de facto, de présidente du Conseil départemental », précise Aïda Mbodj qui dénonce «un abus de pouvoir parce que depuis le mois de février dernier, on a enregistré ma démission au niveau de la mairie. D’autre part, l’article 3 de la loi 96-11 du 22 mars 1996 a été abrogé par le Code général des collectivités qui consacrent le droit de la décentralisation. Moi-même en rédigeant ma lettre, j’ai essayé de viser la disposition qui est concernée par le cumul de mandats, je ne l’ai pas trouvé donc j’étais obligée d’évoquer le fait que je ne suis pas utile au conseil municipal, je vais laisser la place à une autre».

«C’est une manœuvre politicienne du pouvoir et je pense que cela veut tout simplement dire que c’est un pouvoir aux abois qui se réfugie derrière ses arrêtés pour atteindre l’adversaire mais c’est un abus de pouvoir qu’on ne laissera pas passer. Ce n’est pas possible… », clôt-elle sur Walf fm. 


Vendredi 22 Avril 2016 - 12:28



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter