Dernière minute: le Grand cadre revient sur sa décision de suspendre le mot d'ordre

L'espoir suscité par la décision du Grand cadre de lever son mot d'ordre de grève est en train de s'estomper. En effet, les syndicalistes viennent de revenir sur leur décision de reprendre les cours car jugeant que le Gouvernement n'a pas respecté sa parole sur la ponction opérée sur leur salaire.



Dernière minute: le Grand cadre revient sur sa décision de suspendre le mot d'ordre
Pour le coordonnateur du Grand cadre, le Premier ministre avait pris la décision de mettre fin aux ponctions sur les salaires des enseignants, une décision qui n’a pas été respectée par le gouvernement au sortir des négociations, ce qui n’a pas plu à la base selon Mamadou Lamine Dianté. «La nouvelle décision, c’est que le Grand cadre va lever la mesure de suspension de son plan d’action parce que simplement il y a une désapprobation totale de cette décision du côté de la base, il s’agira en entendant un nouvel agenda qui a été élaboré, d’un côté le Grand cadre décide de suspendre son plan d’action et que de l’autre côté le gouvernement également décide de suspendre son plan d’action consistant aux mesures prises à l’encontre des enseignants mais nous avons été surpris de constater qu’au sortir de la rencontre, le gouvernement avait clairement dit qu’il ne s’agissait pas de ponctions sur les salaires mais de coupures sur les salaires pour des jours non travaillés.


Alors que ce n’était pas cela la position du Premier ministre dans la salle; par conséquent le Grand cadre se réserve le droit donc de lever sa suspension tant que le gouvernement n’a pas suspendu son mot d’ordre », scande ce dernier. Pour l’heure telle est la nouvelle position des syndicalistes: «Nous irons vers une rencontre avec les organisations du Grand cadre et ce sera le sens voulu par la base qui prévaudra pour dérouler un nouveau plan d’action parce que le gouvernement est dans une dynamique de confrontation», clôt Mamadou Lamine Dianté sur les ondes de la Rfm.
 

Ousmane Demba Kane

Vendredi 1 Mai 2015 - 10:02




1.Posté par Deugg Gui le 01/05/2015 12:07
Il n'y a pas eu levée, il y a eu suspension. Jargon syndical.

2.Posté par cheikh le 01/05/2015 13:20
Position normale. Au retour des négociations les syndicalistes ont rendu compte à des enseignants revenant des banques avec des salaires amputés, c'est normal que le message ne puisse pas passer. Si le gouvernement est dans une logique d'apaisement l'issue de cette crise est simple: suspendre les coupures ou ponctions le temps de renouer un dialogue sincère avec les syndicats. Cela coûte moins chère qu'une année blanche. En outre ces enseignants qui courent derrière des rappels depuis des années ont bien droit à ce surplus, non? en tout cas plus que les épouses d'ambassadeurs. alors messieurs rendez les salaires et on retourne dans les classes: donnant donnant.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter