Des talibans déguisés en militaires de l'ISAF visent le palais présidentiel et le siège de la CIA à Kaboul

Si les talibans ont ouvert une implantation diplomatique à Doha, au Qatar, ce sont toujours les bombes qui s'expriment sur le sol afghan. Une offensive menée à Kaboul, visant le palais présidentiel et le siège de la CIA a échoué. Plus au sud, vers Kandahar, une bombe faisait elle beaucoup plus de dégâts : huit femmes et un enfant ont été tués.



Des soldats de l'Otan quittent le lieux de l'attaque, à proximité de la présidence afghane et du commandement de la CIA, le 25 juin 2013. REUTERS/Mohammad Ismail
Des soldats de l'Otan quittent le lieux de l'attaque, à proximité de la présidence afghane et du commandement de la CIA, le 25 juin 2013. REUTERS/Mohammad Ismail

La diplomatie ne semble pas encore avoir remplacé le langage des armes. Même si les talibans ont planté leur drapeau à Doha au Qatar en vue de futures négociations avec Kaboul. Le mouvement ne semble pas près d’entamer des discussions : il a revendiqué ce mardi 25 au matin une attaque-suicide dans la capitale afghane.

Ils ont frappé fort : un assaut ciblé, mené à la fois contre le palais présidentiel, le ministère de la Défense et le siège des services de renseignements américains, la CIA. Les services de sécurité afghans décrivent un convoi de deux véhicules, portant des signes distinctifs de l'ISAF, la force d'assistance internationale. Les 4x4 portaient en effet des badges et des antennes, que l'on trouve habituellement sur les engins de la coalition. Trois à quatre des assaillants, qui portaient des uniformes de l'ISAF, ont été tués.

Selon Mohammad Daud Amin, le chef de la police de Kaboul, le premier véhicule a pu franchir un barrage à proximité de leurs cibles. Les policiers ont eu des doutes sur le second et ont tenté de le stopper. Après une fusillade, les deux 4x4 ont explosé en plein centre de Kaboul. L’accrochage a duré près d’une heure trente mais les troupes gouvernementales sont parvenues à maîtriser la situation.

Une conférence de presse du président afghan avait été programmée ce mardi matin au palais présidentiel. Plus de peur que de mal pour Hamid Karzaï, une source à la présidence l’affirme : la sécurité du bâtiment n'aurait à aucun moment été menacée. La date choisie pour cette attaque est pourtant symbolique puisque le président avait rencontré hier, lundi, l'envoyé spécial américain pour l'Afghanistan et le Pakistan James Dobbins.

Le 11 juin dernier, les talibans avaient revendiqué une autre attaque-suicide dans la capitale afghane. Un attentat perpétré devant la Cour suprême de Kaboul faisait alors quinze morts et quarante blessés.

Huit femmes et un enfant tués dans le Sud

Toujours ce mardi matin, une autre attaque a eu lieu dans le sud du pays, dans la province de Kandahar. Une bombe a explosé dans ce bastion insurgé au passage d'un véhicule, selon la police locale. L'explosion a tué huit femmes et un enfant qui se rendaient à des fiançailles. Elle a également blessé trois hommes, passagers du véhicule.
Source: RFI



Mardi 25 Juin 2013 - 11:16



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter