Détention de Khalifa Sall: Mairie de Dakar, Taxawu Ndakaru et l’opposition se coalisent pour sa libération



Le blanc et le rouge étaient les couleurs les plus visibles cet après-midi à la Mairie de Dakar où les élus de la ville ont sonné la mobilisation pour soutenir l’édile de la capitale. «Je suis Khalifa», «Libérez Khalifa et Cie», lit-on sur leurs badges. Dans ce sillage, ils sont soutenus par des maires de la coalition Taxawu Ndakaru et l’opposition. «Nous n’aurons de repos tant que Khalifa Sall ne sera pas libre», décrète Soham El Wardini, première adjointe au maire de Dakar.

Venus de Grand-Yoff, Grand-Dakar, Mermoz – Sacré Cœur, Parcelles Assainies, Hann Bel air,… les partisans de Khalifa Sall disent «Non à l’Injustice», «Non à l’instrumentalisation de la Justice». «Macky, la Justice ne t’appartient pas», lit-on sur leurs pancartes.

Les conseillers de la ville de Dakar et des communes et les principaux Chefs de parti se partageant le présidium, la place s’est finalement avérée trop étroite pour contenir les responsables qui ont fait le déplacement.
La manifestation annoncée à 16 heures, c’est à 17 heures passés de 28 minutes que la délégation des partis de l’opposition s’est présentée. Moussa SY, Déthié Fall, Moussa Tine, Cheikh Bamba Dieye, Serigne Assane Mbacké, Me El Hadji Diouf, entre autres leaders, la composent.

En tenue de combat, Barthélémy est sur place à 17 h 32. Le maire de Mermoz-Sacré Cœur est accompagné d’Aby Ndour qu’on présente comme «la sœur de Khalifa Sall». Doudou Wade n’est pas en reste.

La Première adjointe au maire de Dakar, Soham Wardini commence par remercier les Sénégalais et ceux de la diaspora pour leur marque de soutien et de solidarité. Selon elle, il s’agit «d’engager le combat pour la libération de Khalifa Sall». «On n’aura pas de repos tant que Khalifa Sall ne sortira pas de prison», lance-t-elle en assurant que «l’équipe municipale continuera le travail». «Vous n’aurez rien à nous reprocher», promet-elle aux populations de Dakar.

Dans son propos, le maire de Dieuppeul précise d’emblée «qu’il s’appelle Cheikh Khalifa Ababacar Sall Gueye jusqu’à la libération du grand maire». Avant de saluer «l’engagement pour un seul combat, la libération du maire Khalifa Ababacar Sall».

«Sur ordre du président, (ce dernier) est injustement en détention dans les geôles de Macky Sall », martèle-t-il en indiquant que dans cette affaire, «ce n’est pas la Justice qui a été dite mais la lâcheté des ténors du pouvoir». Et, à l’en croire, « (sa) détention est et restera une affaire politique voire politicienne».

«Qu’attendent Macky Sall et son Procureur pour ouvrir une enquête dans l’affaire Petrotim dans laquelle son propre fils est mêlé», lance Cheikh Gueye.

«Nous sommes présents ici pour soutenir aujourd’hui la ville de Dakar et le combat des Dakaroises et des Dakarois. Macky Sall doit comprendre qu’à cette provocation politique, il y aura une réaction politique. Je voudrais rappeler à Macky Sall qui est allergique à la démocratie que la Constitution du Sénégal nous permet de nous battre par la parole, l’image et la plume. Je terminerai par reprendre les mêmes propos que Khalifa Sall : «Occupez les médias, occupez les rues parce que c’est de cela qu’il s’agit pas d’autre chose. Khalifa Sall n’a pas dit « brûlez les médias, brûlez la rue, il n’a pas dit autre chose que dit la Constitution. Nous souhaitons que Macky Sall comprenne que nous allons  nous organiser, nous allons occuper les marchés, les gares routières, les Grand-Place, les campus universitaires pour convaincre les Sénégalaises et Sénégalais d’aller s’inscrire sur les listes électorales pour voter utile… », déclare Barthélémy Dias. 

Mamadou Goumbala ne rate pas l’occasion pour annoncer «qu’il pleuve, vente ou neige, le Grand Parti (GP) ira aux prochaines élections avec Khalifa Sall». 

Vice-présent de la formation orange, Déthié Fall commence par saluer Khalifa Ababacar Sall. Ce, avant de préciser qu’il apporte «le soutien total et sans réserve du président Idrissa Seck et de Rewmi». «A la provocation politique du président Macky Sall, il faut une très grande réponse politique parce que là, c’est notre génération qui est interpellée. Est-ce que le président Macky s’est octroyé un droit que la Constitution ne lui a pas donné, celui de délivrance de permis de libertés qu’il accorde à ceux qui lui sont proches et qu’il cherche systématiquement à priver à ceux qui ont une vision contraire à sa politique», dit-il avant d’inviter les leaders de l’opposition à «une mobilisation nationale et internationale, mener des actions soutenues pour défendre le pays, renforcer notre démocratie, pour les libertés, contre les injustices et que les prisonniers politiques soient le plus rapidement libérés».

Parlant à son nom, Doudou Wade du PDS (Parti Démocratique Sénégalais) explique ainsi sa présence. «Je suis venu parce que Khalifa Sall est mon maire, parce que j’ai été adjoint au maire de la ville de Dakar… ». Pis, selon lui, le Sénégal est aujourd’hui dirigé par un homme «imbu de sa personne».
«Citoyens, Citoyennes de Dakar et du Sénégal, je suis venu par solidarité avec le maire Khalifa Sall. Mon compagnon de pèlerinage 2014 que j’ai appris à mieux connaître à cet occasion et que je ne peux pas imaginer voleur de deniers publics. Mais je suis venu aussi participer à quelque chose de plus important, c’est le réveil citoyen et qui est devenu nécessaire pour consolider notre démocratie et avant cela la redresser. Le Sénégal ne sera pas une démocratie tant que nous aurons une Assemblée nationale, une Justice aux ordres de l’Exécutif… », dit Abdoul Mbaye de l’ACT (Alliance pour la Citoyenneté et le Travail). 

Les forces de l'ordre quadrillant la mairie de Dakar, un véhicule est positionné juste en face, un autre au bout de la rue allant vers la Place de l'Indépendance. 

 




Vendredi 10 Mars 2017 - 20:59



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter