Direct-Procès Karim Wade : « Quand tu n'as rien à dire, apprend à te taire »

Cette phrase de la partie civile, résume à elle seule les hostilités des avocats lors de l'acte huit (8) du procès de Karim Wade qui se poursuit. Pire selon Me Moussa Félix Sow: "On tourne en rond. Les mêmes choses sont plaidées 36.000 fois. Le temps, c'est de l'argent, et la défense, nous en fait perdre ». « A quand les choses sérieuses ? »? se demande Me El Hadji Diouf.



Direct-Procès Karim Wade : « Quand tu n'as rien à dire, apprend à te taire »

Après les plaidoiries de nullité de la défense la semaine dernière, c'est autour des avocats de la partie civile de monter créneau pour balayer les arguments de la défense de Karim Meïssa Wade. Pour Me Simon Ndiaye, premier à la barre ce lundi matin: « Toutes les questions sont déjà développées". Et que "les avocats de Karim sont en train de faire un dangereux mélange entre la présomption d'innocence (de l'établissement d'un fait, on induit un fait pas trouvé) et la preuve (établissement de l'existence d'un acte juridique). Alors que, dit-il, "la loi sénégalaise précise qu'à partir d'une plainte, une dénonciation, on fait des enquêtes avant la mise en demeure. Ce qui a été fait".


Selon la robe noire, les droits de Karim Wade n'ont pas été violés. « Il y a bel et bien eu enquête et c'est parce que la réponse à la mise en demeure n'est pas jugée satisfaisante, qu'il y a eu transmission du dossier à la Commission d'Instruction (CI) de la Cour de Répression de l'Enrichissement Illicite (CREI).  Comme si cela ne suffisait pas dans le cadre dudit processus, on a vu le chiffre initial (694 milliards) largement revu à la baisse (117 milliards), poursuit l'avocat qui indique par ailleurs qu'il est difficile de dire qu'il n'y a pas eu de droit de recours, car la Cour suprême a été moult fois saisie ».


Pour Me Moussa Félix Sow: « On tourne en rond. Les mêmes choses sont plaidées 36.000 fois alors que le temps, c'est de l'argent. La défense n'avait pas besoin de deux (2) jours pour soulever des nullités.Ce, d'autant plus, indique la robe noire que "toute tentative d'annulation de la nomination du substitut du Procureur spécial sera vaine. « La défense joue, il vous revient de l'arrêter », plaide la partie civile devant le président de la Cour Henri Grégoire Diop. 


Ainsi, il revient à Me Aly Fall de lancer: « Quand tu n'as rien à dire apprend à te taire » car en ce qui concerne la seconde mise en demeure, elle ne souffre d'aucune nullité. Selon ce dernier, à chaque fois qu'un élément nouveau intervient et qui n'est pas contenu dans la première mise en demeure, il est loisible au parquet spécial de délivrer une troisième voire une quatrième mise en demeure. Donc la nullité soulevée est sans fondement et doit donc être écartée ».

L'Agent Judiciaire de l'Etat (AJE) n'est pas en reste. À la barre, Mafall Fall a dit avoir été cité donc il devait réagir. Il parle de saupoudrage judiciaire fait à dessein par la défense. Intervenant quant à la constitution de partie civile de l'Etat, il assure que cette constitution peut bel et bien se faire, car le parquet ne le peut pas, quelle que soit l'infraction. D'autant plus que dans le cadre de la médiation pénale entreprise dans le dossier de Tahibou Ndiaye, l'ancien Directeur général du Cadastre, les avocats de la défense notamment Demba Ciré Bathily étaient présents. Ils n'avaient pipé mot pour contester la légalité de la constitution partie civile de l'Etat du Sénégal ». « Ils ne peuvent pas accepter une chose hier et refuser ça aujourd'hui » dit l'AJE qui poursuit « j'ai bel et bien subi un préjudice et je réclame réparation ».


Réponse de Me Demba Ciré Bathily : « Nous n'avons jamais assisté à une quelconque médiation pénale. Il s'agissait d'assister notre client" mais pas à cette "spoliation" et "extorsion de fonds". Ceci, après l'intervention de Me El Hadji Diouf qui se demande lui, "à quand les choses sérieuses". « Ce n'est que du dilatoire, de la ruse, de la manipulation, allons dans le fonds des choses, à l'essentiel », lance Me Diouf. Reprise à 15 heures. 



Lundi 25 Août 2014 - 18:05



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter