Distribution de 20 millions aux alliés-Les défenseurs des droits de l’homme avertissent le président Sall : « Si cela est avéré,… »

Après la transhumance, la révélation de remise de 20 millions aux alliés dans le cadre de la coalition Benno Bokk Yaakaar (BBY) dans le livre du journaliste Cheikh Yérim Seck : « Ces goulots qui étranglent le Sénégal » occasionne des tirs nourris contre le régime Sall en place. Premiers à réagir, Amnesty international et le Forum civil n’y vont pas de mains mortes pour prévenir le successeur de Wade.



Pour sa part, le secrétaire exécutif d’Amnesty international section Sénégal y croit dur comme fer. « J’ai toutes les raisons de croire que cette information est avérée. Le parti au pouvoir est prompt à faire des communiqués pour démentir de telles allégations. Mais depuis bientôt une semaine, ils sont restés muets et cela laisse croire que c’est une information avérée et qu’effectivement le président distribue de l’argent à des alliés politiques qui sont déjà très servis », rage Seydi Gassama qui ne manque pas de citer l’Assemblée nationale avec des postes de députés, le Conseil Economique Social et Environnemental (CESE) ou des postes de Présidents de Conseil d’Administration (PCA)ou de Directeurs Généraux (DG).


 Autrement dit, des « gens beaucoup trop servis qui perçoivent en plus des millions du contribuable sénégalais », s’éructe le droit de l’hommiste qui se veut formel, « Ce n’est pas l’argent de Macky Sall ou de l’APR (Alliance Pour la République (APR) mais celui des sénégalais qui est distribué à des gens qui sont par ailleurs très bien servis et qui ne font absolument rien pour la population ».


Pis,  « si cela est avéré » selon Seydi Gassama, « cela discréditerait totalement le discours du président sur la rupture, sur la bonne gouvernance et la gestion des deniers publics ».  Ce, au moment où enfonce-t-il le clou, « le président lui-même, son premier ministre disent tous les jours que les sénégalais sont fainéants, qu’ils ne travaillent pas ». Pour Seydi Gassama, qu’ « on se permette d’entretenir des bandits en leur distribuant 20 millions de F CFA » qui « peuvent financer des projets pour les jeunes sénégalais au chômage ou construire des cases de santé », « c’est vraiment une honte. Avant de prévenir le président Sall en ces termes : « il est absolument urgent que le président nous dise de façon claire si c’est vrai, si c’est le cas, on doit l’arrêter immédiatement car c’est une manière de voler le peuple sénégalais ».


Du même bord que le secrétaire exécutif d’Amnesty international, Birahim Seck du Forum civil affiche pour sa part son espoir de voir les alliés infirmer l’information car déplore-t-il sur les ondes de la Rfm : « Cela va déconstruire totalement le discours tenu par le gouvernement en l’occurrence le président sur la gouvernance vertueuse". 


Mercredi 2 Avril 2014 - 17:06



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter