Doing business 2009 : La vérité sur le classement du Sénégal

Le Sénégal n’est pas, en réalité, premier en Afrique et cinquième parmi les dix meilleurs réformateurs au monde. Deux liens provenant du site de la Banque mondiale donnent le classement exact du pays du président Abdoulaye Wade dans la projection doing business 2009.



Les autorités de la Banque mondiale à la publication du rapport doing business 2009
Les autorités de la Banque mondiale à la publication du rapport doing business 2009
Les autorités sénégalaises ont déformé la réalité sur le classement du Sénégal dans le rapport Doing business 2009. «Le Sénégal est premier en Afrique et cinquième parmi les 10 meilleurs réformateurs au monde». Cette assertion de L’Agence chargée de la promotion de l’investissement et des grands travaux (Apix) et reprise allégrement par le président de la République, Abdoulaye Wade sur les ondes de la Radio France Internationale (RFI) et le Premier ministre, Cheikh Hadjibou Soumaré il y a quelques semaines lors d’une rencontre sur la Stratégie de Croissance Accélérée (SCA) est dénuée de tout fondement. En atteste ce lien http://francais.doingbusiness.org/EconomyRankings/Default.aspx qui donne accès au classement général et par critères des 181 pays concernés par cette étude.

En réalité, le Sénégal est à la 149e place au classement mondial. Son meilleur rang dans les onze critères qui ont été jaugés, c’est 60e au niveau du commerce transfrontalier. Pour ce qui est du critère «fermeture des entreprises», le pays de la Téranga s’est positionné à la 77e place, alors que pour ce qui est de la création d’entreprise, il est au 95e rang. Ces classements constituent les trois meilleures places obtenues par le Sénégal dans le rapport général.
En Afrique Sub-saharienne, le pays que dirige Abdoulaye Wade a occupé la 23e place loin derrière le Nigéria, la Gambie, le Cap vert et le Burkina Faso. Sa meilleure place dans cette partie de l’Afrique c’est encore dans la rubrique «commerce transfrontalier» où il est classé 3e. Au niveau de la création et de la fermeture d’entreprise, c’est égalité dans la mesure où pour ces deux domaines, le Sénégal occupe le 11e rang en Afrique Sub-saharienne. Ces faits sont vérifiables à l’adresse url suivante

Un responsable du secteur privé interpellé a estimé que «visiblement les conseillers du président de la République et du Premier ministre n’ont pas expliqués la nuance qui est de taille. Elle nous montre que certes le Sénégal fait des efforts mais est loin d’être le plus performant». Pour l’opérateur économique qui a requis l’anonymat, «la réforme des textes n’entraîne pas forcément une amélioration dans les pratiques».
Dans un communiqué rendu public par l’APIX quelques jours après la publication du rapport Doing business, les responsables de l’agence chargée de la promotion de l’investissement et des grands travaux tentent de décortiquer la place du Sénégal dans ce classement général de la Banque mondiale sur l’environnement des affaires des 181 pays. Ce document a indiqué que «selon ce rapport, le Sénégal est classé cinquième parmi les 10 meilleurs réformateurs au monde et premier en Afrique. Il est aussi le meilleur réformateur mondial pour l’indicateur ″commerce frontalier″. Les responsables de l’APIX ont expliqué ces performances par le fait que «les 3 réformes-clés qui ont été prises en compte dans ce classement sont : la création d’entreprise en 48 heures, avec le BCE (Bureau d’appui à la Création d’Entreprise), la réduction significative des délais de transfert de propriété, le commerce transfrontalier ou commerce international par la simplification des formalités et la réduction substantielle des délais».


Lundi 24 Novembre 2008 - 20:39




1.Posté par NDIAYE le 26/11/2008 15:08
Je voudrais d'abord vous dire bon courage et bonne continuation dans votre ouvrage!

Cet article nous montre une fois de plus comment la manipulation et l'intoxication, symboles incontestables du manque de scrupules total de nos "dirigeants", sont érigées en règle de communication. Autrement comment pourrions-nous comprendre, voire expliquer que WADE, son Premier Ministre et l'Apix, entre autres, s'enorgueillissent de faux chiffres et classements pour leurrer les populations?
Le pire dans tout cela c'est que ce mets ou d'autres de ce genre nous sont servis tous les jours, et la plupart les consomment à satiété sans se demander si les produits utilisés pour la cuisson sont conformes avec les bonnes règles d'hygiène.

L'article nous montre par ailleurs, et heureusement, qu'un petit tour sur les sites de certaines institutions ou quelques petites investigatigations permettent facilement de faire la lumière sur ces pratiques indignes,dont le maître d'oeuvre n'est personne d'autre que sa "Majesté' WADE, suivi de sa cour. Chut! Ne suis-je pas en train de faire un crime de lèse-Majesté?

Ainsi je pense que les journalistes devraient faire le maximum pour déconstruire tout discours ou promesse fallacieux et mensonger, d'où qu'il provient. Seulement nous savons tous que la radio et la télévision, et la presse &crite dans une moindre mesure, constituent, à mon sens, les meillurs vecteurs pour atteindre l'écrasante majorité des populations.

2.Posté par THIOYE le 26/11/2008 15:53
Je me demande si l'auteur de l'article a bien lu le rapport du DOING BUsiness. sans être pour ou contre WADE, je le renvoie à la lecture des deux points suivants que j'ai tiré du rapport grace au lien de son article:

1- page 2 "Les pays africains ont adopté plus de
réformes en 2007–08 que dans toute année
précédemment couverte par Doing Business
et trois des dix premiers réformateurs du
monde se trouvent en Afrique : le Sénégal, le
Burkina Faso et le Botswana. Les réformes se
multiplient également dans trois pays sortant
d’un conflit — le Libéria, le Rwanda et la Sierra
Leone (figure 1.3). Maurice, pays de la région
où la réglementation est la plus favorable aux
entreprises, continue à réformer et figure
cette année sur la liste des 25 premiers pays
pour la facilité de faire des affaires."

2- A la page 9 on cite dans la FIGURE 2.1, les 10 premiers pays réformateurs en matière de création d’entreprise ainsi qu'il suit
1-Yémen
2-Slovénie
3-Sénégal
4-Albanie
5-Libéria
6-Azerbaïdjan
7-Syrie
8-Hongrie
9-Oman
10-Sierra Leone

Alors Messieurs de PressAfrik, sitôt arrivé dans le paysage journalistique voilà que vous diffusez des articles partisans et manifestement orientés vers le dénigrement de wade et de son administration. nous n'avons pas besoin de ça. Si wade ment donnez nous des preuves formelles de ses mensonges mais s'il dit vrai reconnaissez qu'il a dit vrai. Ce n'est pas Wade qui a amélioré l'environnement des affaires dans notre pays, ce sont des sénégagalais comme vous et moi qui ont travaillé des mois durant pour obtenir ce résultat positif. Ayez au moins l'honneteté de reconnaître ce qui est.

3.Posté par NDIAYE le 26/11/2008 16:08
Mr THIOYE, je voudrais tout juste vous dire que des preuves des mensonges de WADE nous en voyons quotidiennement. Regardez ce qui s'est passé avec la Goana, le pélérinage, la liberté d'expression...Le Président et ses acolytes, pour ne pas mettre toute l'administration dans le même sac, n'ont pas besoin d'être dénigrés, par le simple fait qu'ils se dévalorisent et se ridiculisent tous les jours.

Et d'ailleurs, comme vous parlez des sénégalais, je voudrais vous dire que ce qui les intéresse ce n'est pas le classement du Sénégal dans tel ou tel rang en réalité, si leur liberté est bafouée tous les jours, leurs conditions de vie se dégradent de plus en plus, leur justice corrompue, leurs institutions tripatouillées...
Tout cela se vit et se voit! Donc on n'a pas besoin d'être pro ou anti-wade.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter