Drogue: Fou malade froisse Abdoulaye Daouda Diallo et se retrouve au commissariat de Guédiawaye, les "Y'en a marristes hors d'eux

Le rappeur et membre de « Y’en a marre » a égratigné la police. Il a traité les policiers de « racketteurs » en exhumant l’affaire dite de drogue révélé par l’ancien patron de l’Office Central de Répression du Trafic Illicite de Stupéfiants (OCRTIS) contre l’ancien Directeur Général de la Police Nationale (DGPN), le commissaire Abdoulaye Niang. Ainsi selon Malal Talla alias Fou Malade, les policiers feraient mieux de balayer devant leur porte en réhabilitant leur image fortement écornée. Le tout devant la nouvelle patronne de la Police nationale, Anna Sémou Faye et le ministre de l’Intérieur, Abdoulaye Daouda Diallo. Résultat des courses, le rappeur est immédiatement mis aux arrêts par le commissaire Diarra qui l’embarque dans son véhicule. Direction, le commissariat de Guédiawaye où Fou Malade a passé la nuit. On lui demande des excuses publiques, il refuse. Ce, au moment où les « Y’en a marristes » fulminent.



Le mur dit de la honte pour les besoins de la construction d’une nouvelle ambassade de la Turquie tombée sur la Corniche Ouest après une lutte intense, « Y’en a marre » semble trouver une nouvelle croisade : Sauver le soldat Fou Malade, l’un des leurs, dans les liens de la détention depuis hier au commissariat de Guédiawaye. Le rappeur a égratigné la police devant Anna Sémou Faye, DGPN et le ministre de l’Intérieur, Abdoulaye Daouda Diallo, lui-même. Devant ses autorités, le rappeur a traité les policiers de dealers, racketteurs. C’était à l’occasion de la Journée nationale de lutte contre la drogue à Guédiawaye sous la présidence des deux autorités. Fou Malade prend la parole pour mettre les pieds dans le plat. Charger grave la police et préciser que les jeunes fument du chanvre indien parce que’ils n’ont pas d’emploi, et que lui-même en a pris une bonne douzaine d’années avant d’arrêter.


Revenant sur l’affaire drogue qui a secoué la hiérarchie policière dans le fumeux rapport du commissaire Keïta contre le prédécesseur d’Anna Sémou Faye, le rappeur de leur demander de balayer devant leur propre porte. C’est là que le commissaire Diarra prend les choses en main et décide de l’arrestation de Malal Talla qui se retrouve au commissariat de la localité. De là, les limiers réclament des explications en plus d’excuses publiques, ce que l’alpagué refuse. Il vient d’y passer sa première nuit. Ses camarades de « Y’en a marre » ne tarde pas à réagir. Thiat pour sa part, répète les mêmes mots :


« Je confirme les propos de Fou Malade et je répète les mêmes mots. On n’a pas connu longtemps l’affaire du commissaire Keïta et Niang. Donc, c’est une vérité. On est libre de dire ce que nous pensons. Et nous allons continuer à le faire. Les jeunes qui vendent de la drogue ou qui l’utilisent n’ont pas la possibilité, ni les moyens de faire entrer de la drogue dans ce pays. Ce sont les gros bonnets qui le font. Je le dis, je le répète, je le confirme. Qu’il vienne m’arrêter,… », dans les colonnes du « Populaire ».


Vendredi 20 Juin 2014 - 10:55



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter