Ebola au Sénégal: "Des psychologues vont effectuer des séances de travail avec ces jeunes gagnés par la psychose"

L'assurance est du ministre de la Santé et de l'Action sociale qui a rencontré, hier, les patrons de presse. Eva Marie Coll Seck appelle à la collaboration de la presse pour l’éradication du virus du pays.



Ebola au Sénégal: "Des psychologues vont effectuer des séances de travail avec ces jeunes gagnés par la psychose"
Cette dernière qui s’est voulu transparente par rapport à l’évolution de l’état de santé du jeune guinéen, rassure et informe que son état s’améliore. Cependant Awa Marie Coll Seck, informe que des jeunes se sont présentés à l’Hopital Fann pour tuer le guinéen malade. « Il y’a de cela trois jours des jeunes sont venus à l’hôpital Fann pour tuer le malade du virus Ebola » indique cette dernière qui n’a pas manqué de faire l’exposer des différentes commissions constituées dans le cadre de la lutte contre le virus Ebola. Ainsi à l’en croire, des psychologues vont effectuer des séances de travail avec ces jeunes gagnés par la psychose de la maladie. Une commission en charge de la sécurité est constituée pour prendre en charge ce genre de situation. Car constate t- elle, la stigmatisation des Guinéens est très forte parce que les populations ignorent le mode de transmission de la maladie. D’où la diffusion prochaine de spot sur les modes de transmission afin d’apaiser l’esprit des Sénégalais. « On regarde les Guinéens comme s’ils sont tous porteurs du virus et qu’ils peuvent contaminer. Cela peut créer beaucoup de problème » fait remarquer le ministre.


Toutefois le ministre invite les patrons de presse à un partenariat citoyen pour éradiquer le virus du pays. « Je veux  qu’on regarde vers l’avenir pour voir ce qu’on peut faire ensemble. Je voudrais qu’on travaille ensemble parce que le virus Ebola est un problème national. J’ai promis à la presse de jouer la transparence pour que tout le monde soit informé. Quel rôle elle  doit  jouer par exemple par rapport aux rumeurs ? Vous allez nous aider » déclare Mme Seck, car selon elle la presse est un partenaire privilégié avec lequel il faut échanger de temps à autre.  Ce qu’a compris M. Madiambal Ndiaye, président du conseil des diffuseurs et éditeurs de presse qui rassure le ministre. « Nous nous sentons concernés par le problème. C’est une invite qui tombe à l’heure  parce qu’on envisageait d’en discuter. Nous serons vos relais. Nous participerons à l’effort de guerre parce que nous sommes conscients de l’enjeu et de notre responsabilité pour éradiquer le virus » déclare ce dernier dans "l'As". 

Lamba Ka

Mardi 2 Septembre 2014 - 12:22



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter