Ebola en Espagne: trois nouvelles personnes hospitalisées



Après la contamination d'une aide soignante espagnole, trois nouvelles personnes ont été admises depuis lundi à Madrid dans l'hôpital qui accueille les personnes touchées par le virus Ebola, ont annoncé mardi les autorités sanitaires espagnoles. Seul l'époux de l'aide soignante contaminée a «un haut risque» d'être affecté, ont-elles ajouté. Francisco Arnalich, le chef du service de médecine interne  de Carlos III - La Paz, a annoncé mardi que trois nouvelles personnes étaient hospitalisées dans son hôpital, outre l'aide soignante. Il s'agit du mari de cette aide soignante, d'une infirmière et d'un ingénieur. Ces derniers n'ont pas été testés «positif» au virus Ebola mais ont quand même été hospitalisés par précaution.


Une cinquantaine de personnes suivies
Les autorités médicales ont par ailleurs répertorié 22 personnes issues du milieu sanitaire qui ont été en contact avec l'aide soignante touchée, et 30 personnes ayant participé à la prise en charge de l'avant-dernier patient victime d'Ebola en Espagne, arrivé le 22 septembre de Sierra Leone et décédé le 25. Les responsables ont par ailleurs précisé que l'aide soignante, habitant la ville d'Alcorcon, en banlieu de la capitale et en vacances depuis cette date, n'avait pas quitté la région de Madrid depuis. «Son évolution est favorable», a dit le docteur Arnalich.


Première contamination hors d'Afrique
L'aide-soignante -devenue la première patiente infectée par le virus hors d'Afrique- avait traité dans un hôpital à Madrid deux missionnaires infectés par la fièvre hémorragique Ebola, a annoncé lundi le gouvernement espagnol. Les deux religieux sont décédés. Mariée et sans enfants, cette femme de 40 ans a été admise dans une unité spécialisée de l'hôpital d'Alcorcon, un faubourg du sud de Madrid, après deux tests positifs au virus Ebola. Elle s'était sentie mal le 30 septembre mais n'avait consulté le médecin que dimanche, au retour de ses congés.

20minutes.fr

Mardi 7 Octobre 2014 - 15:29



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter