Ellen Johnson Sirleaf sur le scandale du MAEP : "On ne peut licencier un comptable à quelques jours de la paie"

En mi-mars dernier, Othello B. Garblah, Rédacteur en chef du journal libérien The New Dawn, ND, qui a publié la version en anglais de l'enquête que Ramata SORE a réalisé sur le MAEP dont le siège est basé en Afrique du Sud, a lors d'une interview, très longue abordant divers sujets concernant le Liberia, avec la Présidente Johnson Sirleaf, évoqué les questions clefs du dossier. Ci-dessous se trouve la partie concernant le MAEP.
ND: Une collègue, Ramata SORE, originaire de l'un des pays francophones de la sous région a effectué une enquête à Addis et dans bien d'autres villes sur le MAEP. Cette enquête fait cas du contrat du directeur par intérim du Secrétariat au MAEP, Assefa Shifa et la façon dont vous essayez de couvrir le Dr. Amos Sawyer en maintenant à son poste le directeur par intérim du Secrétariat du MAEP afin d'éviter des ennuis à Amos Sawyer ?



Ellen Johnson Sirleaf sur le scandale du MAEP : "On ne peut licencier un comptable à quelques jours de la paie"
Présidente Sirleaf: L'homme a déjà quitté. Mais laissez-moi vous dire ceci, tout d'abord, je ne couvre pas Dr. Sawyer. Dr. Sawyer avait été élu à la tête du Panel des Personnalités Eminentes. La seule chose que je peux dire, c'est que Dr. Sawyer m'a encouragée à prendre les rennes du  MAEP après que le Premier Ministre de l'Éthiopie ait renoncé au poste. S'agissant du directeur par intérim du Secrétariat, nous ne pouvions pas laisser le poste vacant car il n'y aurait eu personne pour préparer les réunions devant se tenir en marge du sommet de l'Union africaine. Or le président sortant du Panel avait écrit au PNUD pour demander l'annulation du contrat du directeur par intérim. Ma Position a été: nous sommes à trois semaines du sommet, nous n'avons pas de Directeur et nous avons pas assez de temps  pour recruter un nouveau, comment allons-nous faire pour organiser nos réunions durant le sommet? Donc, nous avons demandé au PNUD de lui permettre de rester. Lors de la réunion qui a eu lieu ici la semaine dernière, le directeur par intérim a été remercié et nous avons lancé nouveau processus de recrutement pour lui trouver un successeur.

ND: Donc, ils voulaient que vous agissez comme un directeur qui licencie, à quelques jours de la paie, son comptable ?

Présidente Sirleaf: Que nous limogeons le comptable avant le jour de paie.

ND: Ainsi, comment les employés auront été payés? 

Présidente Sirleaf: Nous limogeons le comptable. Comment les employés vont être donc payer ? C'est aussi simple que cela. Nous étions à trois semaines du sommet, et si on renvoyait le directeur par intérim, alors qui  allait faire le travail? 

ND: Il parait qu'il y a trop de politique au sein de cette institution ?

Présidente Sirleaf: Je vais être franche avec vous. Vous pouvez être sure que mon objectif est de faire intégrer le MAEP comme agence à l'Union africaine et cela sous Dr. Zuma et mon travail sera fini si j'arrive à réaliser cette intégration et bien d'autres choses. Vous savez, pour cela, je n'ai pas besoin d'être impliquée dans une quelconque politique sous régionale.

NDLR: Comme le dit Ellen Jonhson Sirleaf dans cette interview, le Comité  des points focaux, durant sa rencontre du 15 mars dernier au Liberia a mis fin au contrat de Assefa Shifa. Mais selon une source en Afrique du sud, les choses sont tout autre au siège du MAEP. Notre source affirme que "Assefa Shifa dirige toujours le Secrétariat, autorisant paiements, recrutant du personnel et se deplacant avec le véhicule du PNUD, véhicule auquel il n'a plus droit."

Le pire, affirme notre source , "le véhicule du PNUD est une voiture diplomatique or Assefa Shifa a démissionné du PNUD depuis janvier dernier, accepter la nomination d'Amara Konneh pour diriger le MAEP afin d'être à nouveau renvoyé" comme l'affirmé Ellen Johnson Sirleaf, Présidente du Forum des Chefs d'Etat.

Outre cela, "Assefa Shifa dispose toujours de son accréditation et continue d'user des privilèges attachés au poste de directeur du MAEP. Est-ce une autre tactique pour continuer à dilapider les ressources du MAEP ou est-ce une mise à épreuve de la probité du point focal de l'Afrique du sud? se demande notre source. Puis d'ajouter "il n'y a aucun suivi et application des décisions prise à propos d'Assefa Shifa."

Selon les règles qui régissent le MAEP, lorsque le Comité des points focaux prend une décision, c'est au point focal du pays hôte, ici l'Afrique du sud,  de veiller à  ce que la décision soit appliquée et dans le cas présent, c'est au pays qui abrite le secrétariat du MAEP  de mettre fin aux privilèges dont Assefa continue de jouir.

Akere Muna, l'ancien Président du Panel des Personnes éminentes que nous avons contacté à propos de l'interview de Ellen Johnson Sirleaf sur le MAEP, tient à apporter un rectificatif: "Amos Sawyer n'a jamais été élu. En fait, il est l'un des rares présidents du Panel à  n'avoir jamais été élu. C'est Méles Zenawi qui l'avait nommé. Avec les déclarations de Sirleaf, maintenant, vous êtes à même de comprendre la connivence entre Ethiopiens et Libériens."

Après la réunion du 15 mars dernier à Monrovia au Liberia, un sous comité a été mise en place pour décider d'un nouvel intérim et du processus de recrutement d'un nouveau directeur. Mais jusque là, aucune décision officielle, aucune avancée. Assefa Shifa continue illégalement et contre tous les principes de la bonne gouvernance de diriger le MAEP.

amos_sawyer_letter_about_the_trust_fund.jpg Amos-Sawyer-letter-about-the-trust-fund.jpg  (284.27 Ko)
amara_konneh_letter_appointing_shifa.pdf Amara-Konneh-Letter_Appointing_Shifa.pdf  (46.15 Ko)
amos_sawyer_trip_indianapolis.pdf Amos_Sawyer_trip_Indianapolis.pdf  (651.89 Ko)



Mercredi 11 Juin 2014 - 12:55



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter