En RDC, le dialogue politique reste suspendu

Le dialogue politique congolais, entre pouvoir et opposition, est suspendu depuis vendredi et n'a pas repris lundi comme prévu. Ce mardi 27 septembre, la plénière pour adopter un accord politique n’aura pas lieu. Le facilitateur de l'UA, Edem Kodjo, mène des consultations pour ramener plus de membres de l'opposition à la table des négociations. Après les ambassadeurs et l’Eglise catholique lundi, il rencontre l’Eglise protestante ce mardi. Le projet d'accord politique soumis aux participants à ce dialogue circule toujours entre les mains du pouvoir et de l’opposition.



L'une des questions à laquelle le projet d'accord politique ne répond pas, c'est celle de la date de l'élection présidentielle. C'est pourtant le cœur du problème en RDC, puisque le mandat de Joseph Kabila expire le 19 décembre prochain.
 
Il faut donc qu'une date figure clairement sur l'accord qui sera signé entre le pouvoir et l'opposition. Mais c'est aussi une donnée qui peut mettre le feu aux poudres, explique un diplomate à Kinshasa. La majorité serait tentée d'étendre la période de transition à 2018.
 
Inacceptable pour l'opposition, qui participe au dialogue, mais aussi pour l'Eglise catholique. Ils ne veulent surtout pas dépasser 2017. Résultat : la facilitation a préféré ne rien mettre pour le moment et trois croix figurent en lieu et place de cette date sur le projet d'accord.
 
Autre difficulté : trouver une formule qui mette tout le monde d'accord sur « qui » gérera la transition jusqu'à l'organisation des élections. Le texte d'Edem Kodjo propose que Joseph Kabila reste au pouvoir jusqu'à l'élection d'un nouveau président.
 
L'opposition, elle, exige l'ajout de l'interdiction de se représenter pour Joseph Kabila. « Pas évident à obtenir », analyse le même diplomate. Donc, en attendant de trouver un accord sur ces questions, c'est un texte à trous qui circule.
 
Le facilitateur a déjà rencontré les ambassadeurs accrédités à Kinshasa, ainsi que la Conférence épiscopale. Les deux font des allers-retours entre pouvoir et opposition. « Tout le monde fait le vœu d'un dialogue plus inclusif », estime un membre de la facilitation.
 
Mais d'ajouter que chacun «peine aussi à trouver ce qui, concrètement, pourrait les faire revenir». L'objectif, c’est «d’obtenir au moins un accord sur la date des élections», résume un diplomate.



Source: Rfi.fr
 

Dieynaba Faye (stagiaire)

Mardi 27 Septembre 2016 - 14:12



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter