Energie solaire : le Sénégal défie un paradoxe Africain

Étant ensoleillé en presque toute l'année, l'Afrique de l'Ouest peut présenter un cadre propice pour le développement de l'énergie Solaire. Mais cette source d'énergie est loin de l'engouement qu'elle devrait susciter dans la fourniture d'électricité aux populations de l'Afrique Subsaharien.



Dans ce monde du 21éme siècle, de tels chiffres font froids au dos. 1,6 milliards de personnes n'ont pas accès à l'électricité. Il est établi que les 600 millions vivent en Afrique subsaharien, soit 68 % de sa population. Bien qu'étant à la traîne dans la fourniture de l'énergie, cette partie du continent dépense 11 milliards d'Euro dans d'autres combustibles comme les lampes à Kérosène, les bougies, etc. Ce qui impacte en plus sur l'environnement, avec un rejet de 24 tonnes de CO2 dans l'atmosphère.

Ce tableau sombre sur la fourniture et la qualité de l'énergie a été largement débattu lors de la conférence sur « les solutions solaires compétitives en Afrique de l'Ouest : réglementation, financement et cas d'études ». Cette situation pourrait être considérablement réduite avec les énergies renouvelables comme le solaire. Au Sénégal, le fuel et majoritaire dans les sources d'énergie, mais le pays a un bon point à jouer dans l'hydraulique et le Solaire. Selon l'expert de la Banque Mondiale qui exposait sur le développement du solaire actuel et ses potentiels, « les centrales solaires sont compétitives et intéressantes par rapport aux coûts supportés par la Sénélec ».

Malgré les efforts, le Sénégal n'a pas encore tiré profit des services qu'offre l'énergie solaire alors que son potentiel dans ce domaine est de loin l'un des plus réjouissantes de la sous-région. Avec le gouvernement de Macky Sall, ce sous-secteur de l'énergie pourrait connaitre son envol. Dans son plan de production pour la période 2014-2017, le part des énergies renouvelables sera de 20 % dans la puissance pour l'horizon 2017. Sur les 164 MW réservés à ce type d'énergie, les 114 MW seront fournis par la technologie Solaire.

Aujourd'hui, les initiatives dans ce domaine se multiplient. Il fait état de 184 centrales sur réseaux, soit une capacité d'environ 12 Mégawatts d'énergie solaire. D'ici 2020, les autorités, visent 180 mégawatts dont la majorité des centrales seront sur réseau.

Selon, Ibrahima Niane, directeur de l'énergie dans ce même ministère, la couverture en électricité est environ de 56 % au niveau national et 25 % au niveau rural. Le gouvernement du Sénégal à travers le programme d'urgence d'électrification rurale veut porter ce taux à 60 %. Ce qui ne semble ne pas être une mince affaire d'autant plus que le budget s'élève à 100 milliards de FCFA, avec un début de mobilisation de 40 milliards. L'accent est aussi mis sur la coopération publique-privé.

Mais la Banque mondiale par le biais de ses experts a identifié un certain nombre de défis à relever. C'est notamment encourager l'initiative privée ; la neutralité technologique et la tarification en matière d'électrification rurale et enfin, la consolidation de l'entrepreneuriat local offrant des produits et services de qualité.
 
 


Mardi 6 Mai 2014 - 17:56



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter