Envoi des 500 militaires sénégalais au Mali : Les deux péchés de la mise en œuvre selon Babacar Justin NDIAYE



Envoi des 500 militaires sénégalais au Mali : Les deux péchés de la mise en œuvre selon Babacar Justin NDIAYE
Le Sénégal a de bonnes raisons d’envoyer ses éléments, mais à côté de cela il y a deux gros péchés qui suintent de la mise en œuvre de la juste décision. Pour le journaliste politologue, avant d’aller à la Rts, informer, le ministre des Affaires étrangères devait, en compagnie de son collègue de la Défense, fournir solennellement des informations et des explications aux députés.

De même ajoute-t-il, le président de la République devait recevoir en audience les principaux acteurs de la vie politique (alliés comme opposants) pour évoquer avec eux cette épreuve extérieure qui s’impose à la Nation. Babacar Justin NDIAYE d’expliquer à travers les colonnes de l’observateur, qu’il ne s’agirait pas pour le chef de l’Etat de chercher un consensus, mais de consulter et d’imprimer un cachet national à une décision qui est l’apanage, la prérogative exclusive du chef constitutionnel des armées : Macky SALL.


Mardi 15 Janvier 2013 - 10:14




1.Posté par consens le 15/01/2013 18:56
Tes analyses glissent vers l'acharnement sur le régime Sall de même que Sidy Lamine.
C'est lui le chef constitutionnel des armées, il n'a pas besoin de consensus sur cette question aussi urgente.
Le Mali est un pays ami qui fait face à des besoins, donc c'est un devoir de venir en aide.
De plus, nous le faisons pour sécuriser le sud du sénégal.
Chercher un consensus sur quoi? Personne ne remet en cause l'envoi de soldats. Tu peux regarder la presse.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter