Etats-Unis: Barack Obama promet à nouveau de fermer Guantanamo

Dans un discours offensif délivré devant l’université nationale de Défense nationale, ce jeudi 23 mai, Barack Obama a annoncé plusieurs mesures fortes. Il a promis, une nouvelle fois, de prendre des mesures pour fermer la prison de Guantanamo. Il a également affirmé vouloir mieux encadrer l’utilisation des drones dans la lutte antiterroriste.



Etats-Unis: Barack Obama promet à nouveau de fermer Guantanamo

Confronté aux grèves de la faim des détenus  de la prison militaire de Guantanamo, Barack Obama a annoncé la signature d'un mémorandum pour le transfèrement de détenus vers le Yémen. Il en a profité pour tacler les parlementaires qui continuent de s'opposer à la fermeture de la prison.


Levée du moratoire sur le transfèrement vers le Yémen


« Rien d'autre que la politique ne justifie que le Congrès nous empêche de fermer une installation qui n'aurait jamais dû ouvrir, a-t-il martelé. J'ai demandé au département de la Défense de choisir un lieu aux Etats-Unis où pourraient se tenir des commissions militaires. Je nomme un nouvel envoyé spécial au département d'Etat et au département de la Défense, dont l'unique responsabilité sera d'obtenir le transfèrement des détenus vers leur pays », a-t-il précisé. Il a également annoncé la levée du moratoire sur le transfèrement des détenus vers le Yémen, « afin de pouvoir examiner leur dossier au cas par cas ». Une annonce saluée dans la soirée par le Yémen. Sur les 166 personnes qui sont actuellement détenues à Guantanamo, 86 sont en instance de transfèrement. Et parmi elles, 56 sont des Yéménites.


« Autant que possible, nous transfèrerons les détenus qui auront été blanchis vers d'autres pays. Lorsque ce sera nécessaire, nous traduirons en justice les terroristes dans nos tribunaux militaires. Et nous insisterons pour que tous les détenus bénéficient d'un réexamen de leur dossier », a encore promis le président des Etats-Unis, qui avait promis la fermeture de la prison de Guantanmo dès 2007.


Utilisation des drones mieux encadrée, mais toujours déployés


Malgré les critiques virulentes dont ils font l’objet, les drones devraient continuer à jouer un rôle central dans la nouvelle stratégie antiterroriste des Etats-Unis. Le président américain a cependant affirmé que leur usage serait désormais mieux encadré, passant du ressort de l’agence américaine de renseignements à celui du ministère de la Défense.


« Les Etats-Unis n'ont pas recours aux frappes lorsqu'il est possible de capturer des terroristes. Notre préférence est toujours de les capturer, de les interroger et de les poursuivre en justice », a affirmé Barack Obama.


« Nous ne pouvons pas frapper où nous voulons. Nos actions sont soumises aux consultations avec nos partenaires, elles se font dans le respect de la souveraineté des Etats. Nous n'avons pas recours aux frappes pour punir des individus. Nous agissons contre des terroristes qui sont une menace continuelle et imminente pour les Américains, et lorsque d'autres gouvernements ne sont pas capables de réagir à cette menace », a-t-il détaillé, affirmant qu’« avant qu'une frappe ne soit effectuée, il doit y avoir une quasi-certitude qu'aucun civil ne sera tué ou blessé ».


Barack Obama a cependant reconnu que « c'est un fait, les frappes américaines ont fait des victimes civiles ». Mais « en tant que chef des armées », il dit « considérer ces tragédies en fonction de l'alternative : ne rien faire contre ces réseaux terroristes entraînerait des victimes civiles, en bien plus grand nombre ».


Rfi.fr

Vendredi 24 Mai 2013 - 09:06



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter