Exécution du PSE, Le Fmi demande l’accélération des réformes

Le Chef de mission du Fond monétaire international s’est dit « satisfait des résultats macroéconomiques enregistrés au cours de la première moitié de l’année ». Ali Mansoor a réitéré le soutient du Fmi au Plan Sénégal émergent. Toutefois il demande au Sénégal de poursuivre ses réformes structurelles et pour plus de transparence dans la gestion des finances publiques du budget, le Fmi demande à l’Etat de supprimer la parafiscalité.



Le Fonds monétaire international a montré son satisfécit des résultats macroéconomiques enregistrés au cours de la première moitié de l’année. En mission de travail du 2 au 15 septembre, le Fmi est optimiste sur l’atteinte des objectifs de croissance de cette année. Pour rappel l’Etat a  prévu une croissance de 5,4%. Et, d’après les prévisions de l’institution financière le taux de croissance en 2015 sera entre 5 et  5,5% en fin d’année, ce qui constitue un changement positif, comparé à la moyenne de 3% connue ces 30 dernières années.
 Toutefois le chef de mission du Fmi au Sénégal  pense que le Plan Sénégal émergent (Pse), en tant qu’ « excellent programme se  comporte bien » tout en soutenant qu’il existe des retards dans l’atteinte  des objectifs de croissance de  7% à 8% pendant 10 ans. Ali Mansoor est d’avis que « si on veut être plus ambitieux et atteindre les objectifs  visés dans le Pse, il faut accélérer les réformes, élargir le plan d’actions pour approfondir  l’application des réformes. « Nous avons discuté avec le gouvernement pour savoir ou est-ce qu’il faudrait faire avancer les choses» renseigne Ali Mansoor. Pour lui il « Il faudrait que l’installation soit facile pour les Pme qui doivent émerger de l’informel en grandissant afin de créer de l’emploi et de la richesse pour une meilleure croissance » déclare A. Mansoor.
Le chef de mission appelle aussi à plus de  transparence dans les règles du jeu comme la parafiscalité  ou certaines structures collectent  des taxes spécifiques pour des secteurs bien déterminés et gèrent de manière autonome des fonds et compte tenu de tout ça, Ali Mansoor demande simplement à l’Etat de supprimer la parafiscalité et que toutes les recettes soient virées au trésor. En revanche le Fmi souligne qu’il y a plus de transparence dans la gestion du budget comparée aux années précédentes.               

Khadim FALL

Jeudi 17 Septembre 2015 - 13:15



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter