PRESSAFRIK.COM ,  L'info dans toute sa diversité



Exploitation des ressources minières: le secteur extractif continue d'impacter positivement sur la croissance économique (ITIE)

Le secteur extractif est un des six projets phares du Plan Sénégal émergent (Pse). Un secteur qui continue d’impacter positivement sur la croissance économique à hauteur de près de 2% du produit intérieur brut soit 114 milliards de CFA, une tendance qui va se poursuivre avec toutes les réformes entreprises par l’Etat. La déclaration a été faite par le président du Comité national de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE) Sénégal, le professeur Ismaël Madior Fall, lors de sa première conférence publique sur l’exploitation des ressources naturelles au Sénégal.



Le secteur extractif contribue à mieux booster la croissance économique du Sénégal, qui est un pays en phase de devenir un pays de ressources minières et gazières. «Le Sénégal est en phase de devenir un pays de ressources naturelles et son exploitation va booster la croissance économique.

«Le secteur est en train de participer à la croissance économique, il va de plus en plus représenter une part importante grâce aux initiatives prises par le gouvernement pour construire un écosystème favorable à l’exploitation judicieuse des ressources », a déclaré le président du comité national de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE) Sénégal.
 
De l’avis du Professeur  Ismaila Madior Fall , «la contribution du secteur à l’économie reste encore relativement modeste. En 2014, elle est de 114 milliards de Francs CFA soit moins de 2 pour cent du produit intérieur brut (PIB). Mais il y a des perspectives intéressantes. Dans le domaine minier, il y a des projets qui se développent dans les domaines de l’or, du zircon, des cimenteries et le développement des hydrocarbures», a-t-il dit.
 
Le Pr de Droit public et spécialiste du droit constitutionnel a aussi annoncé la publication sous peu de deux rapports concernés les activités de l’année 2015-2016. Le Professeur Fall a fait ses déclarationslors de la première rencontre des conférences de l’ITIE portant sur le thème : « Gouvernance du secteur extractif au Sénégal : évolution, enjeux et perspectives ».
 
 Pour le Professeur agrégé en droit public et en sciences politiques, « le Sénégal est en train de passer d’un pays qui n’était pas considéré comme un pays riche en ressources naturelles à un pays qui va de plus en plus exploiter ses ressources naturelles ».
 
Le conseiller du président de la République est d’avis qu’une telle initiative est possible grâce aux initiatives prises par le gouvernement pour construire un écosystème favorable à l’exploitation judicieuse qui favorise le développement durable au profit des populations.
 
Le modérateur de la conférence coanimée par Serigne Mboup, président du Conseil d’administration de la société africaine de raffinage (Sar) et Abdoul Aziz Sy président de la Chambre des mines et Pdg de Sabadola Gold opération (SGO), salue les nombreuses initiatives qui ont été mises en place par l’Etat. « Beaucoup d’initiatives sont prises pour que ces ressources soient exploitées dans la transparence et le Sénégal fait partie des pays qui publie ses contrats dans le domaine pétrolier ou minier», a-t-il dit.
 
 Le président du comité de l’Itie a aussi souligné que «le Sénégal est en train d’anticiper en mettant en place des initiatives pour avoir un dispositif institutionnel optimal pour l’exploitation des ressources comme le Code minier qui oblige les entreprises à faire des déclarations certifiées à l’ITIE».

Non sans préciser que «la redevance est passée de 5 pour cent à 3 pour cent. Il y a des dispositions environnementales très avancées pour permettre les études environnementales et pour que la restauration se fasse au fur et à mesure des sites d’exploitation », a-t-il fait savoir. 


Samedi 22 Avril 2017 - 20:37



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter