FIJ et FAJ appellent pour la protection des journalistes dans le Sud-Soudan



La Fédération Internationale des Journalistes (FIJ) et la Fédération des Journalistes Africains (FAJ) ont aujourd'hui approuvé les appels lancés par l'Association des Journalistes d'Afrique de l'Est (EAJA) pour la protection des journalistes et des médias au Sud-Soudan. Selon EAJA, seul débouché de télévision privée du Sud-Soudan, la télévision Citizen (CTV) avait été fermé par son management sur ​​des craintes pour la sécurité de son personnel en raison de la situation de sécurité précaire continue à Juba.
 

"Il est de la responsabilité première de l'État de protéger les citoyens et en particulier les journalistes dans le cadre des travaux pour le bien public. Le gouvernement devrait prendre des mesures appropriées pour protéger la sécurité des journalistes et professionnels des médias travaillant dans le pays », a déclaré Gabriel Baglo, directeur Afrique de la FIJ.
 

Dans un communiqué cité par l'EAJA, le rédacteur en chef de la télévision Citizen (CTV), qui publie également le journal Citizen, Nhial Bol, a déclaré que la situation de sécurité à Juba restait incertain, ce qui pose un risque pour le personnel de la station de télévision. "La station ferme à 22 heures et quand nous transportons notre personnel à la maison, nous sommes souvent l'objet de nombreuses recherches de la route et deux fois notre voiture a été tiré à près de Jebel marché. Nous ne pouvons nous permettre de soumettre notre personnel de nuit à des risques », a déclaré Bol.

 
Il a en outre expliqué qu'ils avaient décidé d'arrêter la distribution du journal Citizen dans certaines régions en raison de nouvelles lois de la circulation décourage l'utilisation de motos en raison de problèmes de sécurité à Juba, la capitale. "L'un de nos distributeurs, Isaac Amba a été grièvement blessé dernière mercredi, quand les policiers l'ont frappé avec un bâton tout en laissant le bâtiment du Parlement national après la remise des bulletins. Il a été admis à l'hôpital universitaire de Juba et est encore au lit, la récupération ", at-il ajouté.

 
Secrétaire général EAJA Alexandre Niyungeko a déclaré que le conflit en cours au Soudan du Sud avait mis la vie de nombreux journalistes en danger et compromis les opérations de maisons de presse. "Nous appelons le gouvernement du Sud-Soudan à améliorer la sécurité pour les journalistes et les médias pour garantir la liberté des médias et la circulation des informations au monde sur la situation dans le pays et les efforts déployés en vue de résoudre le conflit", a ajouté Niyungeko.
 

Ce n'est pas la première fois que la division de CTV et du Citoyen du journal ont fermé les opérations en raison de problèmes de sécurité. En Décembre 2013, le rédacteur en chef adjoint de la CTV, Victor Kerry a révélé que l'entreprise a dû fermer productions du journal pendant quatre jours que les agents de sécurité leur a demandé de remettre leur générateur, affirmant qu'il a produit le bruit.

 
La FAJ note une détérioration de la situation de la liberté de la presse dans le Sud-Soudan au cours des dernières années. Alfred Taban, un ancien journaliste et rédacteur en chef duMoniteur Juba, a été arrêté et détenu pendant des heures le 3 Mars 2013, après la publication d'une histoire d'opinion écrite par un citoyen de Rumbek, la capitale de l'État des Lacs, l'une des dix États du Sud-Soudan. Diing Chan Awuol, journaliste, chroniqueur et blogueur, a également été assassiné en Décembre 2012 dans le sang froid à l'extérieur de son domicile dans la banlieue de Gudek à Juba, la capitale.

 
La crise de la sécurité des médias s'est détériorée depuis le début du conflit entre le gouvernement et les rebelles dirigé par l'ancien vice-président Riek Machar Décembre dernier. La Fédération rappelle journalistes l'importance d'adopter des protocoles de sécurité que la situation est toujours instable. "Nous demandons à nos collègues pour assurer dans le cadre de leur travail que certains protocoles de sécurité préliminaires sont mis en place pour se protéger", a déclaré Mohamed Garba, Président de la FAJ.

 
Sud-Soudan est un pays pilote pour la mise en œuvre du Plan d'action des Nations Unies sur la sécurité des journalistes et la question de l'impunité. La FIJ et la FAJ ont déjà encouragé le développement du plan d'action au niveau des pays dans les domaines relatifs à la sécurité des journalistes. Toutefois, la situation dans le pays est resté volatile en raison de la récente guerre et les combats. 

Fédération Internationale des Journalistes


Ibrahima Mansaly (Stagiaire)

Mardi 8 Avril 2014 - 17:38



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter