Fermeture de la radio Jappo Fm : des imams, des auditeurs à côté des journalistes pour le combat de la réouverture.



Ici, les imams de Guédiawe, au milieur Youssoufa Sarr
Ici, les imams de Guédiawe, au milieur Youssoufa Sarr
Si l’on n'y prend pas garde, le syndrome des imams de Guédiawaye (Les imams de Guédiawaye s'étaient illustrés par des marches pour se soulever contre la cherté de l'électricité) va se reproduire aux Parelles Assainies si la radio Jappo Fm ne reprend pas de la voix. Des dignitaires religieux des Parcelles ont décidé d’apporter leur soutien aux travailleurs de la Radio Jappo Fm qui sont en chômage et même aux populations de ladite localité "qui ne peuvent plus écouter leur radio préférée la 90.0, cela, à cause d'un individu, M. Cissé qui a saisi l'Artp pour suspendre la radio".

Ce matin, tous les représentants des différentes couches sociales (délégués de quartiers, responsables d’associations, leaders de Réseaux, représentantes de GIE, Président du collectif des auditeurs de la radio..) des Parcelles Assainies se sont rassemblés dans les locaux de la Radio Jappo Fm pour évoquer la situation qui prévaut au sein de leur structure.

En effet, selon le coordonnateur de la radio, Moussa Niang," depuis le 12 mars 2010, Jappo Fm n’émet plus. Cela, suite à une décision portant suspension de l’assignation de sa fréquence".
Une situation déplorable qui prive plus de 35 000 âmes de leur outil de communication. Car en plus des Parcelles Assainies, la radio couvre d’autres localités.

Saisissant la balle au rebond, le représentant des imams et oulémas des Parcelles assainies a fustigé la situation que vivent les travailleurs de la radio, non sans rappeler la pertinence du travail que cette structure permet de faire pour les populations, dans l’éveil des consciences et l’information. C’est la raison pour laquelle, il a affiché toute sa solidarité aux activités qui vont être déroulées parmi lesquelles une marche et un sit-in devant les locaux de la sous-préfecture de la localité. Comme un seul homme, tous les représentants des autres couchent ont montré toute leur détermination à aller dans le même sens si la radio ne reprend pas ses activités.

Pour rappel, à la recherche d’une radio pour sa ville, la commune des Parcelles Assainies s’est associée avec M. Cissé pour faciliter l’octroi d’une fréquence. Toutefois, le protocole stipulait que "M. Cissé devait se retirer de la structure après 3 ans d’activités". Ce qui n’a pas été fait.

A en croire le coordonnateur de la radio, M. Moussa Niang," celui qui veut fermer la radio aujourd’hui, M. Ahmed Al Karim Cissé a profité de la situation d’intérim (le maire Mbaye Ndiaye était destitué de ses fonction de premier magistrat de la ville et remplacé par une délégation spéciale) entre l’ancienne et l’actuelle équipe municipale, pour dans un premier temps, falsifier le protocole d’accord en date du 9 juillet 2003 entre sa structure (connexion sans frontière) et la commune des Parcelles Assainies, laquelle a donné naissance à un partenariat dénommé « solution multimédia ». Ce qui lui a permis de s’attribuer la fréquence de la radio. En ce moment précis, M. Cissé assurait la présidence du Comité où les deux parties étaient représentées, conformément à l’article 12 du Protocole".





Charles Thialice SENGHOR

Jeudi 25 Mars 2010 - 16:16



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter